En route, de Rio à Tokyo

Kris, entraîneur de cécifoot, mais bien plus que ça

Publié le 09/04/2015 dans la catégorie Interviews

Il est des interviews qui nous marquent plus que d'autres, parce que l'on sent un courant qui passe bien, un interviewé passionné par ce qu'il fait, c'est le cas aujourd'hui.

Nous partons à la rencontre d'un personnage clef du cécifoot français en la personne de Kristopher Bernard, entraîneur/gardien de but de l'équipe de cécifoot de St Mandé.

Bénévole au sein du club leader du championnat, il nous permet aujourd'hui de mieux comprendre ce poste atypique.

Qui es-tu Kris?

@EnRoutePourRio : Bonjour Kristopher, merci d'avoir accepter de répondre à nos questions. Nous allons te laisser te présenter.

Christopher Bernard : Je suis à la base l'entraîneur de l'équipe de cécifoot de Saint Mandé depuis 2008. J'ai commencé comme guide, mais au bout d'un an notre gardien est parti pour des raisons personnelles, donc je l'ai remplacé dans les buts. Cela s'est bien passé donc je suis resté gardien. Cette année, je devais laisser ma place pour ne me consacrer qu'aux entraînements, mais mon successeur n'étant pas disponible aux dates des compétitions, c'est moi qui m'y colle.

J'entraîne dans le foot depuis 15 ans comme bénévole dans les clubs de la région de St Mandé. Je me suis intéressé au cécifoot car j'avais envie de découvrir autre chose dans le football. J'entraîne l'équipe de cécifoot de St Mandé tous les vendredis soirs. Professionnellement, je suis animateur en centre de loisirs, je m'occupe de gamins toute la journée.

Le rôle du gardien

@EnRoutePourRio : Peux-tu nous rappeler les régles spécifiques du gardien de cécifoot?

Christopher Bernard : Le gardien a une toute petite surface de 2 métres sur 3 dans laquelle il doit impérativement rester. Mettre un pied dehors est une faute sifflée systêmatiquement. D'autre part, il ne peut guider ses défenseurs que lorsque le ballon se trouve dans ses 13 mètres (il y a un marquage au sol pour symboliser cette zone). La partie "neutre" entre les 2 lignes de 13 mètres est animée par les coachs au bord du terrain. La partie attaque est guidée par le guide situé derrière les buts adverses.

@EnRoutePourRio : Cette interdicion de zone est-elle limitée à la prise de ballon à la main?

Christopher Bernard : Non, nous n'avons en aucun cas le droit de sortir de notre zone.

@EnRoutePourRio : Quelles sont les qualités propres d'un gardien pour le cécifoot?

Christopher Bernard : En plus des qualités techniques propres au poste de gardien de but de manière générale, il faut que le goal ait de vraies qualités de communication. Il faut savoir donner les bonnes indications, sans en dire trop, parce que les joueurs ont déjà énormément d'indications à assimiler. Il faut savoir parler succintement à son défenseur, en étant le plus précis possible.

@EnRoutePourRio : Est ce qu'à un moment donné, tu dois faire un "switch" entre le rôle de gardien et le rôle de guide? 

Christopher Bernard : Il faut être capable de faire les 2 en même temps. C'est la difficulté du poste. Nous devons à la fois donner nos consignes aux défenseurs et rester concentrés sur l'attaquant capable de déclencher un tir à tout moment.

@EnRoutePourRio : Mais comment est-ce possible qu'un gardien valide puisse encaissé un but d'un joueur non-voyant?

Christopher Bernard : C'est une question qui revient souvent. J'invite les gens à venir voir la qualité des frappes des joueurs de cécifoot pour se rendre compte. Les joueurs frappent vraiment bien le ballon et grâce aux guides ils peuvent placer le ballon où ils le veulent quand ils le veulent.

@EnRoutePourRio : Y a t'il un "jeu" de communication entre le gardien qui guide ses défenseurs et le guide qui guide ses attaquants?

Christopher Bernard : C'est effectivement un risque du trop plein d'informations pour nos joueurs. C'est pour cela qu'il faut être le plus précis possible pour que mon défenseur comprenne que c'est lui qui est concerné par mon discours.

@EnRoutePourRio : As-tu redouté un attaquant dans ta carrière, plus que les autres?

Christopher Bernard : Forcément Frédéric Villeroux, l'ancien capitaine de l'équipe de France, parce que c'est un joueur qui est au dessus du lot que ce soit en attaque ou en défense. Il est impressionant à voir jouer. J'ai eu la chance de souvent jouer contre lui, ça a toujours été de belles rencontres.

Cette année, David Labarre est à craindre. Même s'il joue plus au milieu il est capable de déclencher à tout moment et il a une super frappe! Arnaud Ayax déclenche aussi beaucoup de tirs dans des positions que tout le monde ne pourrait pas faire, en plus il a les deux pieds et c'est très gênant pour un gardien. Kevin Vanderboerght, l'attaquanrt de Charleroi a vraiment le sens du but, très physique et très présent sur le front de l'attaque.

Kris l'entraîneur

@EnRoutePourRio : Quels sont les exercices que font tes joueurs à l'entraînement?

Christopher Bernard : Cela reste des exercices que l'on peut faire dans le foot valide. Les échauffements sont classiques avec et sans ballon. Nous avons une piste où nous pouvons nous échauffer. Je peux courir avec 3 joueurs, 1 relié à chacun de mes bras, et un plus autonome qui nous suit au son de la voix. Pour la mise en place technique, ce sont plutôt des oppositions attaques/défenses comme chez les valides.

Dans l'idéal, on essaie d'entraîner dans des conditions de matchs avec les guides. S'il m'arrive de me retrouver seul avec eux, je guide l'attaque, la défense et le milieu de terrain.

@EnRoutePourRio : St Mandé est très dominateur dans le championnat cette saison, comment tes joeurs, quasiment tous internationaux, arrivent encore à ce motiver pour cette compétition?

Christopher Bernard : Ce que je leur dis souvent, c'est de prendre match par match. Chaque match, chaque entraînement c'est une bonne préparation pour l'Euro qui arrive vite maintenant. La motivation est là! Même si on est bien conscient qu'il y a un titre à aller chercher.

@EnRoutePourRio : Vous êtes quasiment la seule équipe à jouer à très collectif. Est ce que vous travaillez ça à l'entraînement?

Christopher Bernard : Mon équipe est composée de joueurs qui se connaissent depuis des années. Ils travaillent ensemble depuis très longtemps donc le collectif est pus facile à trouver. Le groupe se connaît par coeur et peut ainsi proposer du jeu.

@EnroutePourRio : Aux Sables d'Olonnes les conditions de jeu sous la pluie n'étaient pas top. Peux tu nous en parler?

Christopher Bernard : Le samedi matin surtout la pelouse était grasse, et de ne pas pouvoir jouer avec des crampons "vissés" n'a pas donné lieu à un joli spectacle. Mais ce n'est pas du au handicap des joueurs, des valides avec le même équipement n'auraient pas fait mieux. 

@EnRoutePourRio : Le dimanche matin, il y a un gros choc avec un joueur qui s'est retrouvé blessé. Est-ce que cela arrive souvent?

Kristopher Bernard : Le seul souci est que le jeune joueur de Toulouse n'est pas encore rompu, et c'est normal, à l'exercice particulier  du Voïe (cri que doivent pousser les joueurs se dirigeant vers le ballon). Il va apprendre j'en suis sûr, mais là sans signalement cela peut faire mal. Les chocs au cécifoot existent mais ils ne sont pas si nombreux que ça. Mais je peux vous rassurer, Alex va beaucoup mieux on espère le voir à Nantes pour la Coupe de France.

@EnRoutePourRio : Comment sens-tu la Coupe de France?

Christopher Bernard : On va prendre match par match comme d'habitude. On se méfiera de Toulouse qu'on a déjà battu en début de saison, mais chaque match a sa propre vérité! C'est une compétition qu'on a envie de gagner comme en 2008. Attention à Bordeaux aussi, je ne pense pas qu'ils soient moins forts que les années précédentes, et comme ils sont tenants du trophée...

Où l'on reparle Equipe de France et médiatisation

@EnRoutePourRio : Après un mondial pas trop réussi, comment places-tu l'Equipe de France dans la hièrarchie européenne?

Christopher Bernard : Au niveau du potentiel, le groupe est très bon, il y a de magnifiques choses à faire. Maintenant, elle reste sur un echec au Japon (9ème), et il y a de très bonnes équipes en Europe. Ils sont capables, bien évidemment de se qualifier pour la finale et pour Rio, et même de décrocher le titre.

@EnRoutePourRio : Avec le forfait général de quelques équipes cette saison, que faudrait-il faire pour qu'il y ait un championnat avec plus d'équipes?

Christopher Bernard : Je pense que la solution est d'abord médiatique avec plus de lumière mise sur ces équipes. Il faut trouver aussi plus d'aide de sponsors parce que tout le monde est bénévole autour du cécifoot.

@EnRoutePourRio : David Labarre pense que le développement du cécifoot peut passer par la création de sections cécifoot dans les équipes professionnelles valides. Qu'en penses-tu?

Christopher Bernard : Ce qu'à fait David à Toulouse est très intéressant, parce qu'on gagne en visibilité. Il faudrait que cela se généralise.

@EnRoutePourRio : Que pourrais-tu dire à de jeunes non-voyants pour qu'ils se lancent dans la pratique du cécifoot?

Christopher Bernard : Si ils sont passionnés de football, il faut qu'ils se lancent. Cela leur apportera beaucoup en terme d'autonomie par exemple, parce que sur le terrain il n'y a pas de canne, pas de chien. Les joueurs se sentent libres. En plus il y a un vrai partage entre tous les joueurs, c'est un vrai plaisir de se retrouver.

 

Nous remercions Kris pour toutes ces précisions, et nous continuerons bien sûr à le suivre ces prochains mois.

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte
bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²