En route, de Rio à Tokyo

David Toupé : Champion du Monde, d'Europe et maintenant de France?

Publié le 05/12/2014 dans la catégorie Interviews

A l'occasion des 1ers championnats de France de Parabadminton qui se déroulent ce Week-End à Colomiers, nous avons eu l'honneur et la joie de pouvoir rencontrer (par téléphone interposé) le champion du monde 2013 et d'Europe 2014, David Toupé.

Nous vous invitons à découvrir le champion, le technicien titulaire d'un professorat de sport et le membre de la commission technique nationale.

 

En Route Pour Rio (ERPR) : Bonjour David, pouvez-vous nous dire comment vous êtes venus au Parabadminton ?

David Toupé : J'étais joueur de badminton valide avant mon accident de ski en 2003. Je ne pensais pas reprendre le badminton après cet événement, mais j'ai découvert des joueurs en centre de rééducation à Garches qui jouaient au parabadminton. En me renseignant, j'ai vu qu'il y avait une fédération internationale, mais qu'il n'y avait rien en France. Etant ancien badiste de haut niveau, même si j'avais arrêté ma carrière internationale, je connaissais encore le DTN à la fédération, et nous avons décidé d'aller voir comment se pratiquait l'activité sur des tournois à l'étranger pour pouvoir importer ce sport en France.

On peut donc dire que je suis arrivé dans le parbadminton par le développement, et comme on peut difficilement développer un sport sans le pratiquer, je me suis pris au jeu.

ERPR : En tant qu'ancien joueur valide, pensez-vous que le parabadminton soit juste une adaptation du badminton pour les handisportifs, ou parle t'on de deux sports complètement différents ?

David Toupé : J'ai découvert les mêmes valeurs que celles du badminton quand j'ai joué en fauteuil. J'ai ainsi pu redécouvrir ce qui m'a fait aimer le badminton à mes débuts. Il y a de la vitesse, de l'endurance, de l'explosivité, de la technique et surtout le plaisir du jeu au départ.

C'est du badminton avec simplement une adaptation du terrain pour que les déplacements soient possibles. Comme il n'y a pas de rebond, nous jouons sur des ½ terrains. La tactique change un peu parce que nos moyens physiques ne sont pas les mêmes. On peut aussi constater que d'un point de vue tactique, que le badminton d'aujourd'hui n'a rien à voir avec celui pratiqué il y a 10 ans.

ERPR : Peut-on comparer vos déplacements sur le terrain à ceux utilisés par les tennismen fauteuil ?

David Toupé : Non, nous sommes principalement sur du fractionné : départ arrêté, devant-derrière, devant-derrière. Comme il n'y a pas de rebond et que le jeu est plus rapide, on n'a pas le temps de tourner le dos à l'adversaire, le volant revient trop vite.

ERPR : Comment appréhendez vous la tenue de ces championnats de France. C'est une victoire, ou juste le début d'une nouvelle aventure ?

David Toupé : C'est la continuité d'une belle aventure commencée par la fédération de badminton, par les clubs. C'est une belle étape, et surtout une belle reconnaissance de notre pratique à la fois par la convention signée par la Fédération Française Handisport et celle du badminton (FFBaD). C'est arrivé la même année que l'obtention de notre arrivée aux Jeux Paralympiques de Tokyo en 2020, les deux événements vont être un formidable booster pour notre discipline en France.

La preuve en est qu'il y a des joueurs qui se présentent sur ces championnats de France, qu'on ne connaît pas encore. Ils jouaient dans les clubs sans faire de compétition, mais pour des championnats de France ils sont présents. C'est une belle satisfaction.

ERPR : Est-ce que le fait que le parabadminton devienne paralympique en 2020 vous incite à poursuivre votre carrière jusqu'à Tokyo ?

David Toupé : Sans hésiter OUI. J'estime être en pleine force de l'age, et en fauteuil on a la particularité de pouvoir être en pleine capacité plus longtemps que les joueurs debout. Nous n'avons pas de contrainte au sol de saut, on doit tout de même bien entretenir nos épaules. Nous sommes dans un sport d'expérience et il y a encore beaucoup de domaines dans lesquels on peut progresser.

A l'heure actuelle, je vis sur mes acquis d'ancien joueur valide, et je n'ai pas le même nombre d'heures d'entraînement que les joueurs asiatiques par exemple. J'espère m'en rapprocher pour être encore plus performant, il faudra être prêt dans trois ans pour le début de la chasse au quota. 6 ans c'est loin mais 3 ans c'est demain.

ERPR : Comment s'établit la hiérarchie du parabadminton aujourd'hui ? Est ce que ce sont les anciens badistes valides qui sont au sommet, ou les badistes qui n'ont toujours fait que du handisport ?

David Toupé : Le champion d'Europe allemand a commencé le badminton en fauteuil, comme 80 % des coréens. J'ai pour moi une bonne maniabilité de la raquette c'est sûr, mais c'est le déplacement qui est le plus important. Il y a vraiment de la place pour tout le monde.

ERPR : Pensez-vous que de nombreux nouveaux pratiquants vont arriver sur le parabadminton grâce au fait qu'il devienne sport paralympique ?

David Toupé : Comme je vous disais, je suis arrivé par le développement. Mon objectif était de démocratiser la discipline, mais il est vrai que le paralympisme est une vraie vitrine.

Il est surtout important que tout le monde sache qu'on existe et qu'on peut pratiquer. De plus, plus la base de pratiquants sera large meilleur sera le niveau et nous poussera à progresser.

ERPR : On sent à l'heure actuelle que le Badminton devient un sport populaire et que la FFBad met tout en œuvre pour offrir de la visibilité à son sport. Est-ce que le parabadminton parvient à se greffer sur cet élan ?

David Toupé : Clairement, avec la nouvelle présidence de la fédération nous travaillons bien. Nos titres ont été médiatisés, il y avait une présence fédérale importante lors de nos derniers championnats d'Europe avec notamment la présence du président sur toute la durée de la compétition. On sent qu'on fait partie de la famille du badminton. On sent que la fédération et son président sont ambitieux en terme de performances en plus du développement.

ERPR : Que peut-on vous souhaiter pour ces championnats de France ?

David Toupé : Je suis compétiteur donc le titre. Mais nous participerons aussi à une grande fête et c'est important d'être là.

 

Nous remercions David Toupé pour sa disponibilité et lui souhaitons beaucoup de réussite pour la suite de sa carrière de sportif, mais aussi de technicien.

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²