En route, de Rio à Tokyo

Michaël Jeremiasz: l'interview du porte drapeau

Publié le 22/07/2016 dans la catégorie Interviews

Michaël Jeremiasz est un homme très occupé en ce moment entre les sollicitations médias, sa préparation pour les Jeux Paralympiques, ses activités entrepreneuriales et associatives et sa nouvelle vie de père. Il a tout de même réussi à nous accorder un bon laps de temps pour évoquer son rôle de porte drapeau de la délégation tricolore et ses objectifs sportifs pour Rio. 

Retour sur une interview empreinte d'une sincérité et d'une simplicité incroyable.

Comment s'est décidée ta nomination de porte drapeau?

Il y a eu depuis quelques semaines des discussions entre la Fédération Française Handisport, les autres fédérations impliquées dans les Jeux Paralympiques (aviron, cyclisme, etc..) et le Comité Paralympique, présidé par Emanuelle Assmann, afin de déterminer le meilleur handisportif pour ce rôle. Et mon nom est ressorti et a priori il n'est pas loin d'avoir fait l'unanimité.

Pourquoi toi?

Il y a eu sans doute plusieurs facteurs. Déjà d'un point de vue sportif, j'ai participé déjà 3 fois aux Jeux Paralympiques et je suis revenu médaillé à chaque reprise dont mon titre en double avec Stéphane Houdet en 2008 à Pékin. Ce sont mes derniers jeux et je pense qu'on a voulu aussi me récompenser pour ma carrière et j'en suis fier. Enfin, j'ai l'habitude des médias et la représentativité est un rôle primordial du job.

Quelle a été ta réaction à cette annonce?

Tout d'abord une immense fierté. Vous vous rendez compte, entrer le premier sur le Stade du Maracana avec le drapeau tricolore devant tous les athlètes français... c'est extraordinaire. Je connaissais cette décisions quelques semaines avant l'annonce officielle et je n'avais pu prévenir vraiment qu'un cercle restreint de membres de ma famille et d'amis. 

2016 restera une année imortante pour toi?

Clairement. Entre la naissance de mon fils qui est sans doute la meilleure chose qui me soit arrivée, cette désignation, mes activités associatives et d'entrepreunariat et la fin de ma carrière, je pense que je me souviendrais très longtemps de 2016.

Quel va être ton rôle de porte drapeau?

Tout d'abord d'un point de vue sportif, je serais à la disposition de tous les membres de l'Equipe de France pour les aider à atteindre leurs rêves. Je serais là pour les motiver, les encourager, je me rendrais sur le maximum de sites pour les pousser à fond. L'autre rôle et on en parlait tout à l'heure sera un rôle de porte parole auprès des médias. Il faudra profiter de l'exposition médiatique, particulièrement importante pour porter et défendre nos convictions et nos engagements qu'ils soient en rapport avec le handicap ou le sportif. Je ne me gênerais pas pour me servir de cette tribune pour affirmer encore et toujours nos valeurs.

Justement, n'as-tu pas trop peur que porter le drapeau te prenne trop d'énergie pour ta compétition?

Il va falloir trouver un équilibre. Par exemple, je n'ai pu reprendre l'entraînement que trois jours après ma nomination, afin de répondre à toutes les sollicitations médiatiques. Mon entraîneur m'a mis en garde, mais je ne m'interdis rien. Je veux vivre ces Jeux à fond et ne passer à côté de rien. Cela va être difficile je sais, mais je vais le faire!

En terme d'objectifs pour notre équipe de France, tu vise quoi?

Personnellement je ne suis rien pour fixer des objectifs aux autres! Je veux simplement qu'ils aillent au bout de ce qu'ils peuvent faire. Sinon, l'objectif est clair, retourner dans le Top 10 mondial des nations au classement des médailles!

Et pour toi et l'Equipe de France de Tennis?

Pour moi, je voudrais aller chercher encore une médaille au minimum. Je jouerais le double avec Frédéric Cattanéo, nous serons tête de série numéro 3, donc nous allons tout faire pour la prendre cette médaille. En simple, avec ma 15 ème place mondiale, je serais en embuscade! Je sais que le fait de ne pas être protégé par le statut de tête de série me forcera à avoir un match plus difficile que les autres dès les 1/8 ème de finale, mais les mecs qui sont devant moi je les ais déjà tous battus alors pourquoi pas une petite breloque de plus!

Pour l'équipe, nous viserons entre 4 et 5 médailles, avec Nicolas Peifer et Stéphane Houdet, têtes de série n°1 en double, et têtes de série 4 et 1 en simple, on peut y croire même si cela sera très difficile, le niveau sera haut!

Quel est ton programme jusqu'à la fin de saison?

Nous jouons le British Open la semaine prochaine, dernier tournoi international avant les Jeux, les Jeux bien évidemment puis les Masters de Double en fin d'année et ce sera la fin pour moi. La fin de ma vie de joueur professionnel de tennis seulement, j'ai tellement d'autres projets comme le dossier de candidature pour Paris 2024. Et puis je ne veux rien rater de la vie de mon fils (NDLR et des autres futurs petits Jeremiasz...) et de ma famille.

Rendez vous à Rio Michaël avait de beaux espoirs de médailles et d'une délégation française qui sera sans nul doute portée par notre barbu! 

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Shingo Kunieda était trop fort

Publié le 05/06/2015 dans la catégorie Résultats et analyses

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²