En route, de Rio à Tokyo

#5 de mon classement : Perle Bouge et Stéphane Tardieu (Aviron 2 X) en Bronze

Publié le 28/09/2016 dans la catégorie Resultats-et-analyses

Je me souviendrais très longtemps de ce Dimanche 11 Séptembre au Lagoa Stadium.

Quand je parlais d'état d'esprit, c'est précisément le cas ici. Toute la matinée, nous avons navigué entre énervement, déception, et joie. 

Enervement tout d'abord parce que le contexte était somme toute .... différent. Tout d'abord, nous prenons le Métro avec Jean-Marc dont c'était la dernière journée à Rio (un petit peu de nostalgie donc déjà) avec l'espoir d'être au plus près de la compétition à notre descente au terminus de la ligne (General Osorio pour les puristes). Hors il s'avére qu'aucune indication n'est présente et que l'on se perd donc très vite. Ni une, ni deux nous montons dans un taxi qui nous dépose devant le stade nautique .... où on nous apprend qu'il faut faire 1 km de marche pour nous retrouver à 5 mètres d'où nous sommes descendus. Bref, on se dépêche pour ne pas rater nos tricolores qui s'avéreront courir 2 heures après et on les "croise" à l'échauffement ce qui nous met du baume au coeur. Arrivé dans les gradins, super place comme d'habitude, mais on nous interdit de déployer notre drapeau gênant à priori la visibilité des juges... mouais. Sous un soleil de plomb (sans doute la matinée la plus chaude de ces Jeux) nous patientons tant bien que mal, entre intervention des bénévoles me demandant régulièrement de mes nouvelles devant la rougeur de mon visage teinté de coups de soleil et d'énervement devant ces spectateurs passant continuellement devant nous nous piétinant les pieds, et séjours au bar pour se rehydrater.

Enfin la course tant attendue démarre. Depuis notre départ de Paris, nous sentions comme une pression sur cet événement. 4 ans d'efforts sur l'eau, chacun de leur côté, puis ensemble, des milliers de kilométres parcourus par n'importe quel temps pour ces 2 000 Mètres. Très vite, nos doutes ce confirment. Au diffèrents points intermédiaires, nos bleus sont de plus en plus décrochés par rapport au titre. Pas grave, on crie comme jamais on ne l'a fait encore cette semaine. Notre drapeau doit maintenant réellement gêner les juges mais plus un spectateur n'ose s'aventurer devant nous (véridique). Le bateau Français coupe la ligne en 3 ème position derrière les Britanniques et les Chinois! Notre première réaction est la déception, on aurait tant voulu de l'or, mais rapidement on se tape dans la main et on scrute le moindre signe de nos rameurs. A la descente du ponton d'honneur, on les sent crispés, déçus de ne pas avoir remplis leur objectif. Retour du podium, et très sympatiquement, Perle et Stéphane s'arrêtent à proximité pour prendre des photos et échanger quelques minutes avec nous. Oui ils sont très déçus mais aussi très fiers d'amener une médaille à la France. C'est ce que l'on retiendra!

Nous repartons aussitôt pour de nouvelles aventures ne gardant en tête que la médaille!


Fabien d'ERPR

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte
bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²