En route, de Rio à Tokyo

Marie Chatel Lalay vise l'élite du ski Français

Publié le 24/11/2016 dans la catégorie Interviews

En ce début de saison hivernale, nous avions envie de partir à la (re)découverte des skieurs tricolores afin de se tenir prêt dans les portillons de départ à vivre une année "blanche" qui promet de belles réussites. 

Nous avons réussi à attraper Marie Chatel-Lalay entre l'étape inaugurale de coupe d'Europe de Landgraaf (NED) et son départ pour Pitztal (décidément on est gâté cette année avec les noms imprononçables..... et on parle pas de Peyongchang) en Autriche pour une série de courses IPC (3ème niveau international) et de coupe d'Europe (2ème niveau). 

Retour sur l'interview d'une jeune maman bien dans ses chaussures de ski mais aussi dans ses baskets.

ERPT : Peux-tu te présenter à nos lecteurs?

MCL : J'ai 24 ans, je suis la maman d'un petit garçon, je fais du ski depuis toujours, ma mère m'ayant mise sur des skis très jeune, en valide puis en handisport depuis 2007. J'ai intégré en 2012 le groupe espoir de l'Equipe de France et j'y suis encore aujourd'hui.

 


ERPT : Que te manque t'-il pour prétendre au groupe Elite de l'Equipe de France?

MCL : Selon l'encadrement tricolore, mon niveau est encore trop juste pour y prétendre. Le niveau s'éléve d'année en année sur le circuit, il faut que le mien progresse aussi. Par contre, c'est une source de motivation pour montrer que je vaux.

ERPT : A Landgraaf, tu as eu quelques résultats intéressants avec plusieurs podiums, quels sont les enseignements que tu as pu en tirer?

MCL : Encore plus que la place, c'est la performance qui m'a un petit peu rassurée. Je suis à moins d'une seconde d'Anna Jochemsen (Ned) qui me mettait plutôt à 4 secondes la saison dernière. On va aussi relativiser, on était sur des formats de 30 secondes et sur une piste "facile" alors si on extrapole un peu sur une piste "naturelle" on peut dire que je suis entre 2 et 3 secondes derrière elle, il y a un mieux quand même.

ERPT : As-tu des pistes de travail pour continuer à progresser?

MCL : Bien entendu. Après chaque course quand je rentre chez moi, je fais mon auto-critique et un tableau en regardant le positif et le négatif. Je me sers du négatif pour travailler à l'Orange Bleue, la salle de sport de Genay où je m'entraîne tous les jours. Je me renseigne et essaie d'appliquer une bonne diététique pour que cela se ressente sur les skis. Quand je passe devant la devanture d'une boulangerie avec de beaux gâteaux je ne craque pas!

ERPT : La préparation "hors ski" semble importante pour toi.

MCL : Je pense qu'elle l'est pour tout le monde, mais c'est vrai que j'y porte une importance particulière. Je me fais mes programmes et je tente de les suivre le mieux possible. Même si je n'occulte pas mon handicap, je ne m'interdis aucun exercice quitte à mettre plus de temps à le réussir.

ERPT : Le fait d'être une maman te freine t'il dans ta carrière?

MCL : Pas du tout. J'ai la chance d'avoir une mère très présente à mes côtés qui s'occupe de mon fils quand je dois partir en compétition. En plus, maintenant c'est même lui qui me dit : "Il faut que tu partes Maman, que tu gagnes". Le ski c'est toute ma vie, c'est ma ressource principale, alors ....

ERPT : Outre l'entourage familial, qui t'aide à tenir tes objectifs sportifs?

MCL : D'un point de vue sportif, le CAB ski compétition de Bonneville m'a toujours soutenu. Je skiais dans ce club en valide avant mon accident, ils ne m'ont jamais lâchée. Ski Clinic s'occupe de la préparation de mes skis, Rossignol m'aide aussi. BON SPORT et Optik Genay sont également présents à mes côtés pour que ce soit plus facile pour moi. Le club Handisport d'Annemasse assure mes déplacements sur les étapes de Coupe de France. L'Orange Bleue dont j'ai déjà parlé me soutient aussi ainsi que TERAMAT, une entreprise évoluant sur le marché des travaux publics. Je profite de l'occasion pour remercier tout le monde même si quelques sponsors supplèmentaires ne feraient pas de mal (sourire).

ERPT : Le fait de cotoyer une "locomotive" du ski handisport mondial comme Marie Bochet est-il un avantage?

MCL : C'est déjà très motivant. De plus, Marie nous donne des conseils sur la pratique du ski mais aussi par rapport au travail qu'elle fait à côté. Je suis bien sûr à l'écoute, cela ne pourra que me faire progresser.

ERPT : Quels sont tes objectifs?

MCL :  Dans un premier temps cette saison, j'aimerais m'intégrer au groupe Elite tricolore. Je viens de recevoir un mail de la fédération française me convoquant à l'étape de Coupe du Monde de Saint Moritz (SUI). Il faut que je fasse des podiums sur ces gros rendez-vous pour montrer que j'ai le niveau. Le trajet est encore long, mais mon but est de participer aux prochains Jeux Paralympiques de Peyongchang (CDS).

ERPT : Et d'un point de vue "professionnel"?

MCL : Je souhaite rester dans le monde du ski et de la santé. J'aimerai être pisteur/secouriste par exemple. Je ne suis pas plus nulle qu'un autre et mon handicap ne m'empêcherait pas de faire ce métier.

ERPT / Que peut-on te souhaiter pour la saison qui commence?

MCL : D'arriver à entrer plus régulièrement dans le groupe Elite, cela voudrait dire que je suis sur la bonne voie. Et puis de trouver d'autres partenaires pour avoir la tête complètement au ski.

Nous suivrons bien entendu Marie dans ses aventures "blanches" et ne manquerons pas de vous donner régulièrement des nouvelles de celle que nous imaginons très vite sur les podiums.

 

 

Fabien d'ERPT

Crédit Photo: Marie Chatel-Lalay

 

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Un feu d'artifice en Or pour terminer

Publié le 18/03/2018 dans la catégorie Résultats et analyses

Seulement 30 Russes sur les lignes de départ

Publié le 09/03/2018 dans la catégorie News

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²