En route, de Rio à Tokyo

Chrystel Bernou nous présente le volley assis Français

Publié le 28/11/2016 dans la catégorie Interviews

Le Volley Assis a été un de nos coups de cœur de Rio avec la découverte d'un sport très rapide et hyper spectaculaire. Bien entendu, on avait suivi pendant toute la saison le projet de Stéphane Girodat et de la section volley assis du Club de Sarrebourg, mais la découverte « en live » nous avait séduite.


Nous avons voulu en savoir plus sur sa pratique hexagonale et nous nous sommes entretenus avec Chrystel Bernou, chef de projet de Volley Santé au sein de la Fédération française de Volley-Ball et vraie chef de file du Volley Assis en France. Retour sur un pur moment de découverte.


ERPT : Quel est l'historique du volley assis en France ?

Chrystel Bernou : Contrairement à ce que l'on pense, l'activité est assez ancienne, plus d'une décennie. Il existe de nombreuses petites sections pratiquant le volley assis, par forcément par des personnes en situation de handicap mais les groupes existent. Jusqu'à très récemment, tout le monde faisait ce qu'il pouvait dans son coin, et la FFVB m'a confié la mission d'organiser et développer la pratique.

 

ERPT : Comment en arrive t'-on à cette responsabilité

CB : Je m'occupais déjà du volley santé, avec entre autre la mise en place et le développement du soft volley (pratique du volley avec de gros ballon) et comme j'y avais fait mes preuves on m'a refilé le bébé que j'ai bien entendu accepté de bon cœur.

ERPT : Rentrons dans le vif du sujet, une équipe de France de volley assis c'est pour quand ?

CB : Il existe à l'heure actuelle ce que l'on appelle un groupe FFVB. Il est très important à la fois pour les pratiquants qui lors des stages se trouvent en présence d'autres joueurs de bon niveau pour progresser mais aussi pour les coachs puisque nous avons à chaque fois un entraîneur international avec nous qui partage son expérience ce qui est primordial si on veut progresser. Ce groupe évolue, nous essayons le plus possible d'avoir un groupe « éligible » aux critères internationaux en terme de classification de handicap.

ERPT : Que manque t'il pour qu'on parle d'Equipe de France et plus de Groupe FFVB ?

CB : En fait pas grand-chose mais l'essentiel. Nous devons obtenir la délégation de la pratique par le Ministère de la Jeunesse et des sports et aussi bien entendu élever le niveau de jeu.

ERPT : Le Volley assis passerait donc sous la tutelle de la FFVB ?

CB : Oui. Nous avons eu de nombreuses discussions constructives avec la Fédération Française Handisport à ce sujet. Tout le monde a œuvré dans le bon sens. Nous avons donc déposé auprès du ministère un dossier en Septembre dernier. Nous devons avoir une réponse définitive en Janvier mais je suis plutôt optimiste sur le résultat.

ERPT : Comment cela se passerait si la réponse était positive ?

CB : Je souhaiterais signer une convention avec la FFH pour que tout le monde pousse dans le même sens. Je verrais bien une plus-value « à la française » dans l'architecture de la formation à la pratique de ce sport avec un partage des compétences entre accueil d'un public en situation de handicap et l'expertise de la pratique sportive.

ERPT : Quels sont les objectifs et les moyens d'y parvenir ?

CB : Tout d'abord, le Volley assis étant paralympique il faut s'appuyer sur ça pour progresser. Je voudrais qu'en 2024, on présente 2 équipes (Hommes et Femmes) aux Jeux (NDLR si ça pouvait être à Paris cela faciliterait bien des choses…). Pour y arriver on passe en revue un maximum de talents découverts par les clubs lors des rassemblements du Groupe FFVB. On se rapproche également de l'Equipe de France Blessés Militaires qui possède de bons joueurs et nous espérons signer une convention avec le ministère de la Défense.

ERPT : OK pour le haut niveau et pour la masse ?

CB : Bien entendu, personne ne sera oublié. Nous allons continuer à communiquer un maximum sur les initiatives volley assis partout en France. Pour ça, on va étendre notre réseau avec par exemple la signature d'une convention avec la Fédération Sport Entreprise pour faire connaître la pratique et faciliter la relation entre nos comités régionaux respectifs. Nous avons également de bonnes relations avec l'Association des Paralysés de France et d'autres associations nationales. Même si il y a beaucoup de travail à fournir, je veux qu'on aille vite et bien !

ERPT : Au niveau domestique, peut-on envisager une compétition nationale ?

CB : Pour l'instant, on a lancé  la saison passée sur la ligue de Lorraine des rassemblements sur une journée avec un entraînement commun le matin et des tournoi l'après-midi pour qu'il y ait une petite émulation. Nous souhaitons reproduire l'expérience cette année en la dupliquant à d'autres régions comme celle des Flandres ou du Poitou-Charentes par exemple.
A terme, j'aimerai organiser un challenge de France avec des compétitions régionales puis une finale nationale.

ERPT : Et pour les techniciens/entraîneurs ?

CB : Nous organisons déjà des colloques avec des techniciens spécialistes internationaux pour apprendre. Ce sont des formations dispensées par World Para-Volley qui donne en plus un diplôme ce qui est motivant pour les participants. Ensuite, certains comme Stéphane Girodat ou moi, avons continué un petit peu le cursus et sommes arrivés au deuxième niveau. A nous maintenant de former d'autres entraîneurs, cela motivera les clubs à ouvrir d'autres sections de Volley Assis et faire effet boule de neige.

ERPT : Le plan de développement est bien ficelé ?

CB : Il faut tout de même ne pas s'enflammer trop vite. Il y a encore quelques incertitudes à lever comme convaincre plus de clubs à s'engager à la pratique du volley assis,  la réponse du ministère ou les prochaines élections à la FFVB. Mais le but est vraiment « tout donner pour que tout le monde progresse ».

Nous remercions Chrystel Bernou pour le temps accordé à cet échange et du fond du cœur, nous lui souhaitons la pleine réussite dans ce projet.
Un grand merci également à Stéphane Girodat pour la mise en relation mais également pour sa disponibilité pour communiquer avec nous.

Nous nous sommes bien entendu mis à la disposition de tout le monde pour continuer à parler d'une discipline méritant un bon gros coup de projecteur !

 

 

Fabien d'ERPT

Crédit Photo: Fabien Ferré

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

Des vidéos de formation pour la FEPEM
3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale

Toute l'actualité de JD²