En route, de Rio à Tokyo

Cyril Moré Le Handisport français a passé un cap à Rio

Publié le 28/12/2016 dans la catégorie Interviews

Cyril Moré, de part son expérience d'handisportif (5 médailles paralympiques dont 4 titres à Sydney (2000) et Athènes (2004) à l'escrime et sa participation en ski Alpin aux Jeux de Turin (2006) et Sotchi (2014), est ce que l'on peut appeler un homme d'expérience. Celui qui n'est jamais loin des compétitions, nous l'avons croisé à Roland Garros ou lors d'un meeting international d'athlétisme, a connu un franc succès médiatique à Rio où il opérait au sein des consultants de France Télévision.
Cyril revient avec nous sur sa deuxième expérience du genre après celle de Londres.

ERPT : Même si nous l'avions oublié (enfin moi je l'avais oublié), tu étais présent à Londres déjà comme consultant pour France TV, qu'est-ce qui a changé entre cette prestation et celle de Rio ?
Cyril Moré : Assez simplement, on est passé d'un format « différé » à un format direct et différé, et surtout le volume n'a pas été le même avec 100 heures de diffusion.

ERPT : Comment vous êtes vous tous préparé pour Rio ?
Cyril Moré : On a essayé de mettre des choses en place pour apporter plus de relief à l'événement. Finalement, j'ai juste pu me caler avec Sami (NDLR : El Guedarri), c'est un petit peu dommage mais au final le produit livrable a été très bon, donc il faut s'en féliciter. Bien entendu, pour quelqu'un de pointilleux comme moi, il y a encore plein de chose à travailler et à améliorer mais nous sommes sur le bon chemin.

 

 

ERPT : Comment as-tu vécu sur place le succès médiatique de ces jeux ?
Cyril Moré : Sur place, je n'ai pas su grand-chose. J'étais dans mon truc sans trop me soucier de ce qu'il se passait ailleurs. Par contre, à mon retour, j'ai laissé traîner mes oreilles un peu partout et pas mal échangé, et je peux dire que c'est plutôt agréable que le positif l'emporte largement sur le négatif. De toute façon, il y aura toujours des gens à qui cela ne plaira pas…

ERPT : Franchement, tu t'attendais à un tel succès ?
Cyril Moré : Non pas à ce point là, mais sans trahir de secret, France Télévision non plus. Et je vais vous dire, après l'analyse des chiffres d'audience, c'est un gros cap qui a été franchi à Rio et pas seulement médiatique. On a prouvé au Brésil que la diffusion du handisport pouvait être viable et rentable ! Cela change beaucoup de perspectives économiques pour le handisport et pour les athlètes. Pour me citer en exemple, simplement parce que c'est le cas que je connais le mieux (sourire), quand je cherchais des sponsors privés, à part dire que je ferais mon maximum pour être « visible », les retombées étaient bien maigres. Maintenant, les handisportifs ont une scène qui semble plus grande et mieux montrée. Ce n'est pas marginal, cette viabilité est très importante pour le développement de nos disciplines.

ERPT : As-tu des explications de ce succès ?
Cyril Moré : Je pense que  Sotchi, pour les premières retransmissions en direct avait déjà donné l'élan nécessaire. Michaël Jeremiasz a été excellent dans son rôle de consultant pour le ski, et les autres aussi. Ils ont commencé à mettre le sportif au cœur de la compétition, plus que le handicap.
Nous nous sommes battus pour que cela continue à Rio. Bien entendu, pour que le téléspectateur comprenne, il faut lui donner les clefs de la compétition, mais on a pas insisté lourdement sur le handicap. On a privilégié les exploits sportifs et le public nous a suivi dans ce domaine. Pari gagné pour moi.

ERPT : Est ce que le fait que certaines têtes d'affiche mettent leur carrière entre parenthèses ou s'arrêtent après cette paralympiade va être un frein au développement médiatique du handisport en France ?
Cyril Moré : Non clairement pas ! Il faut de toute façon des leaders pour exister et il y en a plein d'autres qui vont se découvrir petit à petit, je ne suis pas inquiet du tout la dessus.

ERPT : Pour l'avenir, penses tu que l'exposition médiatique de nos champions va perdurer, ou faudra t'-il attendre PyeongChang ou Tokyo pour revivre ces bons moments ?
Cyril Moré : Je sais que l'on se pose beaucoup de questions au moins pour PyeongChang, avec des horaires difficiles, une équipe de France plus resserrée avec une présence uniquement sur les sports de neige et donc moins d'histoires à raconter, mais je suis persuadé qu'on va trouver des solutions. Nous sommes en tout cas prêt à assurer des directs et des différés !
Même si je ne peux pas vous en dire beaucoup sur le sujet pour l'instant, il y a beaucoup de projets sur lesquels on réfléchit à l'heure actuelle pour installer le handisport dans le paysage médiatique. On pense a des émissions régulières sur le net, sur la TNT et pourquoi pas sur les antennes de France Télévision. J'y crois vraiment très fort. On sent qu'il y a une vraie volonté des diffuseurs !

Merci beaucoup à Cyril Moré pour sa disponibilité et son optimisme. On le retrouvera très bientôt sur le site pour évoquer une question qui nous mobilise tous : la candidature de Paris à l'organisation des jeux olympiques et paralympiques de 2024 !


Fabien d'ERPT

Crédit Photo : Fabien Ferré

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Publié le 01/01/1970 dans la catégorie

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²