En route, de Rio à Tokyo

Thomas Clarion Des championnats du monde réussis

Publié le 21/02/2017 dans la catégorie Interviews

Au lendemain de sa rentrée en France, après les Championnats du Monde de Ski Nordique de Finsterau (Ger), Thomas Clarion a gentiment accepté de partager ses souvenirs de la compétition.
Titulaire de trois médailles dont deux individuelles, ils est globalement satisfait de son épopée germanique.

ERPT : On commence par le commencement, première course le KO sprint et première médaille. Comment s'est déroulée la journée ?
Thomas Clarion : Plutôt très bien ! Paradoxalement, je me sentais de mieux en mieux après les qualifications et les demi-finales où c'était vraiment bien. En finale, on est trois non-voyants et un mal voyant au départ. L'Ukrainien mal-voyant vient se mettre je ne sais pas pourquoi dans ma trajectoire, je touche ses skis et nous tombons tous les deux. Je parviens à me relever, à me relancer et à le passer pour le Bronze. Les deux autres étaient beaucoup trop loin…. Mais l'entrée en matière était sympa.



 

ERPT : Vient ensuite, le relais et la médaille d'or. On vous a senti particulièrement motivés et nous on a bien vibré !
Thomas Clarion : C'est certain que le relais est une grosse priorité pour chacun des membres de l'équipe (Thomas, Benjamin Daviet, Anthony Chalençon). Nous sommes une petite équipe sur le circuit alors il est primordial d'arriver à performer ensemble. Nous avions vraiment à coeur de garder ce titre pour 2 ans de plus. C'est une grande joie.
Je ne suis pas étonné que vous ayez vibré. Cette course est la plus lisible des championnats avec aucune notion de compensation de temps selon les handicaps, et le premier qui coupe la ligne à gagné. En plus, le format est assez court ce qui donne des courses, comme celle de Finsterau, très animées.

ERPT : Cette victoire et l'énergie dépensée est-elle la cause de ton « échec » dans le longue distance Classique ou est ce une question de style ?
Thomas Clarion : En fait aucun des deux. Je pense que c'était juste un jour sans, ça peut arriver. Quand après 2 tours (sur 5), je vois que je skie à bloc et que je ne reprends rien à ceux qui sont devant, je relâche un petit peu. Ce n'était la peine de me mettre sur le toit pour gagner quelques secondes qui n'auraient rien changé sur le résultat final et auraient pu hypothéquer mes chances sur le 10 Km. En plus, il faisait chaud et la neige ne convenait pas à mon ski.
C'est vrai que je suis plus à l'aise techniquement sur le skate mais depuis le début de l'année, j'ai bien skié en Classique, là il m'a manqué des choses. Je vais travailler de nouveau ma glisse en Classique pour me rapprocher encore des meilleurs.

ERPT : Et puis vient Dimanche, et le 10 Km Skate, sans doute ta course la plus aboutie ?
Thomas Clarion : C'est certain. Le 10 Km est MA course. Je suis plus à l'aise techniquement. Il fallait assurer une belle médaille, et l'argent me convient parfaitement ! Tout s'est bien mis en place et le résultat est là ! C'est vraiment une belle médaille. L'arrivée a été un peu surnaturelle, le speaker ne parlait plus et on ne savait pas très bien où on en était mais quand on a eu la confirmation de la deuxième place c'était plutôt cool. (On a rassuré Thomas, sur le streaming de l'IPC, ce sont l'ensemble des courses qui nous ont paru surnaturelles).

ERPT : Tu es tombé sur un super Brian McKeever, que faut-il faire pour le battre ?
Thomas Clarion : C'est un super skieur qui a aussi des velléités pour courir au très haut niveau avec les valides. Il est d'ailleurs toujours en Allemagne pour tenter de se qualifier pour les Championnats du Monde valides. Le Week-End prochain, il va courir la Vasalopett (Course de Fond Finlandaise, véritablement culte pour les fondeurs). Mais il n'est pas imbattable ! Quand on a comparé nos temps sur le relais, je suis juste derrière lui. Je n'ai pas à rougir de ma défaite face à lui, on peut l'accrocher.

ERPT : Un petit mot sur Anthony Chalençon qui décroche une médaille individuelle sur le Biathlon Sprint ?
Thomas Clarion : Et c'est mérité vraiment. On a toujours senti beaucoup d'envie chez Anthony. C'est peut-être ce surplus de motivation qui a créé des sorties de pistes ou d'autres éléments l'empêchant de réussir de grandes performance. Là, on sent qu'il a trouvé le bon équilibre entre attaque et gestion, les médailles viendront avec ça ! Et puis, physiquement, il envoie !



 

ERPT : Dans quelques jours vous partez pour PyeongChang. Ce sera plutôt du repérage ou une tournée de Coupe du Monde habituelle ?
Thomas Clarion : En ce qui me concerne, ce sera surtout du repérage des pistes et de l'environnement en vue de l'année prochaine. Je pense d'ailleurs que je vais faire le premier biathlon pour bien skier la piste en mode compétition. D'habitude je m'abstiens, parce qu'avec ma grande taille, les réglages du Biathlon sont compliqués et comme il faut tirer vite pour être performant…

ERPT : Physiquement, où en est-tu ? Est ce que cette compétition t'a permis de valider une préparation efficace ?
Thomas Clarion : Ca va très bien merci. Etre prêt pour le jour J d'une compétition ne me fait pas peur. Je n'ai aucune angoisse par rapport au Jeux Paralympiques, je réussi bien généralement dans ce type de compétition. D'ailleurs, une petite information, je vais essayer d'arriver le plus tard possible à PyeongChang l'an prochain, pur ne pas perdre d'influx nerveux en étant sur place à attendre. C'est pour ça que je vais devoir prendre le maximum d'informations début Mars pour arriver là bas en 2018 en me sentant chez moi.

Nous nous sommes mis d'accord avec Thomas pour nous retrouver après cette étape de Coupe du Monde pour décrypter cette piste, nous vous en ferons bien sûr part !


Fabien d'ERPT

Crédit Photo : Capture d'écran IPC

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte
bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²