En route, de Rio à Tokyo

Frédéric Delpy : Un engagement total pour le handisport

Publié le 05/04/2017 dans la catégorie Interviews

A 45 ans, Frédéric Delpy a décidé qu'il était le moment pour lui de se présenter à la plus haute fonction de la fédération française Handisport. Une décision prise en concertation avec son épouse, tant la tâche est chronophage. Issu du sérail du handisport, avec la participation à 3 paralympiades en natation, puis la prise de responsabilité au niveau local, départemental, régional et national puisqu'il fait partie depuis deux ans du comité directeur de la fédération.
L'Orléanais a préparé sa candidature en rencontrant et écoutant toutes les composantes du handisports des comités départementaux aux athlètes en passant par les salariés de la fédération et les techniciens.
Fréderic Delpy est revenu avec nous sur les grands objectifs de sa mandature s'il est élu le Samedi 8  Avril.

ERPT : Pourquoi cette candidature ?

Frédéric Delpy : Je pense que nous sommes arrivé à un virage. Nous avons besoin d'un renouvellement des visages et des pratiques à la fédération. Attention, je ne veux pas tout casser. La maison est belle mais on a besoin de pousser les murs et de modifier l'aménagement intérieur en déplaçant certaines cloisons.

ERPT : Pourquoi maintenant pour vous ?

Frédéric Delpy : Je ne me suis jamais posé la question de l'âge. Je ne suis ni trop jeune, ni trop vieux pour le poste. Je pense que c'est le bon moment. A partir du moment où je me suis décidé à me présenter, j'ai tout mis en œuvre pour aller jusqu'au bout. Il y a comme un souffle de changement à l'heure actuelle dans nos fédérations sportives, mais aussi dans la France entière, c'est dans l'air du temps.

ERPT : Quelle est le projet principal de votre candidature ?

Frédéric Delpy : Tout d'abord, je serais un président du terrain. Pour agir, il faut savoir ce qu'il se passe sur le terrain. J'ai besoin d'être au contact des pratiquants, cela à toujours été le cas. Je continuerai d'être à l'écoute des athlètes.
Ensuite, j'ai fixé un objectif élevé de 70 000 licenciés handisport (pour environ 36 000 aujourd'hui). Je suis certain qu'on peut réussir. Les derniers chiffres parlent de 12 Millions de personnes en situation de handicap, à des degrés divers en France. Rien que pour les handicaps physiques on estime le nombre entre 2,5 et 3 Millions. Plusieurs pistes sont à explorer pour atteindre l'objectif, un effort sera fait sur les jeunes par exemple en ayant un travail pédagogique. On voit encore trop d'enfants se faisant prescrire des contre-indications au sport. Je rappelle simplement que nous sommes handicapés pas malades ! Pourquoi ces enfants peuvent dessiner, jouer de la musique, faire des Maths et pas faire du sport. Bien entendu, il faut améliorer la formation des professeurs pour les prendre en charge, mais ce n'est pas insurmontable. Je rappelle simplement que le sport aide grandement à l'obtention de l'autonomie et rompt l'isolement. Et puis je pense qu'il faut obtenir des pouvoirs publics des relations entre les ministères des sports, du handicap et de l'éducation nationale pour multiplier les possibilités de pratique du handisport.

ERPT : Et pour les athlètes de haut niveau ?

Frédéric Delpy : C'est bien entendu un aspect important de notre fédération. Avant de développer je veux juste remettre les choses dans leur contexte : il a environ 150 athlètes de top niveau aujourd'hui. 80 % du budget de la fédération vont au sport, sur ces 80 % , 50 % vont au haut niveau. Il faut qu'on puisse passer des accords de collaboration avec les fédérations partenaires pour l'organisation de stages spécifiques handisport par exemple. D'un point de vue objectif, j'aimerai que l'on soit la 5 ème nation à PyeongChang au tableau des médailles. Je veux aussi qu'on aille plus loin sur les contrats d'excellence, avec une véritable préparation de l'après carrière avec des partenaires privés. Je voudrais mettre en place un guide du sportif de haut niveau pour définir toutes les pistes d'amélioration de ces parcours. Il y a des choses qui fonctionnent bien mais il faut rester vigilant !

ERPT : Et en terme de communication ?

Frédéric Delpy : Je pense que notre fédération manque un peu de partage de l'information. Toutes celles ci ne redescendent pas toujours à la base. Il faut aussi donner plus de visibilité à nos partenaires privés. Il faut qu'on s'ouvre plus sur l'extérieur, en tout cas laisser la porte ouverte pour ceux que ça intéresse.

ERPT : On a vu ses derniers temps que certains athlètes ont décidé de vous apporter leur soutien. Comment cela s'est-il fait ?

Frédéric Delpy : Pour mettre les choses au point, je ne suis pas allé les chercher. J'ai été agréablement surpris de recevoir un coup de téléphone de Michaël Jérémiasz, nous avons échangé et il m'apporte son soutien. C'est la même chose pour Claude Isorat. J'en suis ravi. Par contre, cela reste une élection et je suis très attaché à la démocratie, donc j'accepterai le verdict des urnes sans amertume.

Bien entendu, il n'est pas dans notre rôle de prendre partie dans cette élection. Nous vous donnons donc rendez vous Vendredi pour l'interview de Jean Paul Moreau, actuel vice président de la FFH et candidat à la Présidence.


Fabien d'ERPT

Crédit Photo : Facebook Frédéric Delpy

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Direction 2016

Publié le 26/12/2015 dans la catégorie News

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²