En route, de Rio à Tokyo

Thomas Bouvais et Elias Debeyssac une équipe d'avenir

Publié le 23/05/2017 dans la catégorie Interviews

Le pongiste francilien a accepté de revenir avec nous sur le parcours permettant à son équipe de Classe 8 avec Elias Debeyssac comme coéquipier de remporter la médaille de bronze lors des derniers championnats du monde par équipe de Bratislava (Slk).

ERPT : Quels étaient vos objectifs avant la compétition ?
 

Thomas Bouvais : Le staff ne nous avait rien dit de particulier. Juste aller le plus loin possible. Personnellement, j'avais dans le coin de la tête une médaille même si a la vue des événements j'avais raison de croire que ce serait difficile.



 

ERPT : Premier match poule et la rencontre contre l'Ukraine hyperfavorite !
Thomas Bouvais : Finalement la première surprise est qu'on fait un très bon double pour une première à ce niveau là. On ne perd que 15-13 à la belle contre les champions d'Europe en titre, on était vraiment pas loin. Ensuite, je perds « normalement » sur le n°1 mondial et champion Paralympique.

ERPT : Ensuite, la Slovaquie au rendez-vous
Thomas Bouvais : On remporte d'abord le double 3-1 mais dans une partie très serrée et très équilibrée. Ensuite, je rencontre le n°10 mondial, un slovaque qui sert le feu, je m'en sors au quatrième 14-12. C'était un match vraiment porté sur le jeu service/remise. Comme nous n'étions que 3 dans la poule, cela nous permet de passer en 1/4.

ERPT : Et voici la Hongrie pour obtenir la certitude d'une médaille.
Thomas Bouvais : Déjà, on entame ça bien en remportant le double 3-0 avec un Elias hyper concentré sur ses attitudes. Ensuite je perds contre le n°4 mondial 3-0, ce n'a pas été un beau match de ma part. Elias va nous chercher le point décisif de la qualification d'on ne sait pas où. Il gagne le premier set à l'arrache mais perd les 2 suivants, on pensait que c'était cuit. Mais il a retrouvé les ressources nécessaires pour recoller puis faire craquer le Hongrois. La médaille est dans la poche mais on reste concentrés sur notre demi-finale contre la Suède.

ERPT : Dernière marche avec la Suède
Thomas Bouvais : Tout se joue sur le double qu'on perd d'extrême justesse. Après je prends ma revanche de Rio et des 1/8 ème contre Karlsson. Malheureusement on savait que ce serait très (trop) difficile pour Elias pour le dernier match. Il a fait vraiment ce qu'il a pu mais son adversaire a bien décrypter son jeu.

ERPT : Quel sont alors les sentiments qui dominent après une telle performance ?
Thomas Bouvais : Que du bon. D'abord c'est ma première « grosse » médaille internationale depuis 2011 donc je prends. Ensuite, on avait quasiment jamais joué ensemble avec Elias qui faisait en plus ses débuts en grande compétition. Quand je vois ce que l'on a pu faire, et surtout en double, c'est très encourageant : On a clairement envoyé un message à nos adversaires : il va falloir venir nous chercher, contre la France rien ne sera facile !
Franchement, si il continue de progresser, on peut être vraiment redoutable.

Merci à Thomas Bouvais pour sa disponibilité et son enthousiasme.


Fabien d'ERPT

Crédit Photo :Tom Bouvais

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte
bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

Des vidéos de formation pour la FEPEM
3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale

Toute l'actualité de JD²