En route, de Rio à Tokyo

Les réactions de trois champions de France de Tennis de Table

Publié le 05/06/2017 dans la catégorie Interviews

Nous avons pu partager avec 3 champions de France leur ressenti par rapport aux Championnats de France et sur la suite d'une saison avec en point d'orgue les championnats d'Europe de Lasko (Slo) du 26 Septembre au 5 Octobre.

Matéo Bohéas : Champion de France Classe 10



L'angevin remporte son 5 ème titre individuel et prend la médaille d'argent en double.
« Ces championnats de France sont importants, il faut montrer qu'on reste le n°1 de sa classe et cela reste un titre à ne pas galvauder. Et puis c'est une bonne occasion aussi de revoir les autres pongistes de l'équipe de France. Maintenant je vais couper un petit peu parce que j'ai vraiment besoin de repos. Ensuite, selon les circonstances, je reprendrai mi-Juillet ou début Août les séances en intensité pour me préparer pour les « Europe ». L'objectif est simple : une médaille au minimum en simple ».

Thomas Bouvais : Champion de France Classe 8



Pour ses 14 ème championnats de France, à 26 ans, le sociétaire d'Eaubonne remporte son 10 ème ou 11 ème titre (il ne sait plus très bien….). Titre également en double.
« On ne va pas se cacher, les championnats de France ne sont pas un objectif primordial de la saison. Mais ils sont importants, ne serait-ce que par le fait que c'est un titre toujours bon à prendre, et pour montrer qu'on reste le numéro 1 de sa classe. C'est un point important. Je vais disputer l'open d'Allemagne (14-17, Bayreuth) avant la grosse coupure de plus de 2 mois avant les championnats d'Europe. On va en profiter pour encore travailler la technique, j'ai encore une marge de progression à ma disposition. Je ne me fixe pas d'objectif en terme de médaille, juste continuer à prouver que je progresse, si médaille il y a , elle viendra au bout du parcours ».

Stéphane Molliens : Champion de France Classe 2


Deuxième titre consécutif pour le licencié de Moulins-les-Metz au terme d'un tournoi qu'il qualifie lui même de moyen.
« J'étais le tenant du titre, donc c'était un devoir pour moi d'être là, un titre cela se respecte. De plus, même si Fabien Lamirault était absent, je voulais batailler un peu. De ce côté là, je suis un peu frustré. Je pense que Julien Michaud (Laurentin) a raté sa finale, cela ne me dérange pas mais j'ai comme l'impression qu'on m'a déroulé le tapis rouge (rires). Tant mieux, comme ça l'an prochain, je devrais revenir pour défendre de nouveau ce beau titre. Ceci dit, on est impatient que les jeunes viennent vraiment nous bousculer. Il faut qu'ils s'investissent à fond et fassent les efforts voulus pour nous renverser, pour l'instant ils en sont encore loin ! Je vais disputer l'Open d'Espagne (7-11 Juin, Barcelone) puis l'Open d'Allemagne pour être dans les clous des crédits demandés pour être sur la liste internationale de l'an prochain. Je vais aussi entrer dans une phase de préparation intensive pour les championnats d'Europe afin d'honorer, parce que c'est un honneur, ma sélection. Il faut respecter ça ! »

En dehors du contexte du championnat de France, Stéphane est revenu sur sa médaille d'argent des championnats du monde par équipe avec Fabien Lamirault.

« Il y avait plusieurs nouveautés, tout d'abord premiers championnats par équipe en dehors des championnats individuels, et puis on disputait le double en premier, ce qui change beaucoup l'approche des matchs. Nous avons abordé ces championnats à 50-60 % de nos capacités, et encore je pense que je suis généreux. Nous avions décidé avec Fabien Lamirault de gérer notre saison de transition chacun de notre côté, donc on avait pas fait de double ensemble depuis Rio. Malgré tout nous arrivons en finale, contre des Slovaques morts de faim (comme tous nos autres adversaires d'ailleurs) et voulant prendre leur revanche de Rio où ils avaient terminé 4 ème. Ils méritent leur victoire, elle est logique. L'absence des chinois n'est pas bon signe du tout. Tout d'abord, les asiatiques aiment bien savoir où ils mettent les pieds et là comme c'était une première… En plus, je pense qu'ils sont dans une stratégie de préparation pour tout gagner à Tokyo. Ils reconstruisent les équipes et travaillent beaucoup, mais pas question pour eux de présenter des pongistes qui ne sont pas en capacité absolue de gagner ».

 

Fabien d'ERPT

Crédit Photo : Kevin Bardon

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Michael Gallagher positif à l'EPO

Publié le 02/09/2016 dans la catégorie News

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²