En route, de Rio à Tokyo

Benjamin Daviet Les Jeux commencent maintenant

Publié le 20/06/2017 dans la catégorie Interviews

Nous débutons aujourd'hui une petite série d'interviews de nos stars des sports blancs qui ont tous rechausser les skis et commencer le travail d'endurance pour la saison prochaine dont le point d'orgue sera bien entendu les Jeux Paralympiques de PyeongChang du 8 au 18 Mars 2018.
On entre dans le vif du sujet aujourd'hui avec Benjamin Daviet, notre biathlète-fondeur bien décidé à briller en Corée du Sud l'hiver prochain.

ERPT : Comment s'est passée la reprise de l'entraînement à quelques 9 mois de la cérémonie d'ouverture des Jeux ?
Benjamin Daviet : En fait, j'ai repris depuis le 1 er Mai avec un peu de ski roues, un peu de vélo, un peu de muscu, histoire de me dérouiller un peu. Du 10 au 19 Mai, on est allé en Ardèche pour un stage équipe de France dit « de cohésion ». On a fait de bonnes heures le matin, toujours ski roues et Vélo, et des après-midi plus calme avec du Canoë par exemple. Le but du jeu était de commencer à travailler notre endurance, parce que cette saison les Jeux sont tard, donc hors de question d'être grillés en Février. Et puis, du 3 au 9 Juin, toujours en Ardèche, on a attaqué les choses plus sérieuses encore avec toujours les mêmes séances mais toute la journée. Je ne cache pas que ça a piqué légèrement (rires).



ERPT : Comment se présente l'été ?
Benjamin Daviet : On a un stage à Tignes fin juin où on espère trouver de bonnes conditions. Mais avec le temps actuel, nous ne sommes pas sûrs. En Juillet et Août, il n'y a pas de stage de prévu mais on a un programme bien complet à respecter. Je vais sans doute monter à La Feclaz pour skier et tirer avec Anthony Chalençon, histoire de garder le rythme. C'est sans doute la qualité de ces deux prochains moins qui va être déterminante pour les Jeux. Toute notre saison est basée dessus.

ERPT
 : Votre programme de courses est arrêté ?
Benjamin Daviet : Oui, et à part souci météorologique, il ne changera pas. En Décembre, nous allons à Canmore (Canada) pour l'étape de Coupe du Monde. On enchaîne en Janvier avec l'Allemagne. Par contre on fait l'impasse sur la Finlande en Février, histoire de faire un bon stage aux Saisies. C'est une période, à un mois des Jeux, où il est utile de se cacher, de ne pas se mettre de pression. On va laisser les Ukrainiens faire le voyage et se dépouiller sans nous.

ERPT : Et pour les Jeux tu disputeras quoi ?
Benjamin Daviet : Les 3 Biathlons, ma spécialité, le 20 KM skate et le relais de Fonds. On ne va tergiverser dans une saison comme celle là, on ne va pas se dire « on verra bien, je prends courses après course ».

ERPT : Et dans quel état d'esprit es-tu aujourd'hui ?
Benjamin Daviet : Franchement je suis super bien et très serein grâce au contrat que j'ai avec l'armée. Je suis détaché à 100 % et je peux me concentrer entièrement sur le sport. C'est une chance je sais, je me souviens des galères quand il fallait que je travaille à côté. Il n'y a pas de secret, j'arrivais épuisé en Février. Depuis la reprise, j'en suis 116 heures d'entraînement, j'en serais à 180 fin Juin, avec un travail à côté, impossible. Et encore on a pas encore entamé les gros mois de Juillet et Août, et il n'y a pas de secret, les Jeux débutent maintenant, c'est celui qui s'entraînera le plus dur qui aura le plus de chances de l'emporter.

Nous souhaitons de bons entraînements à tous en croisant les doigts pour que tout se passe bien.


Fabien d'ERPT

Crédit Graphique Déborah Longuet

Crédit Photo : Capture d'écran IPC

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Yohann Taberlet ne regrette rien, vraiment rien

Publié le 17/03/2018 dans la catégorie Interviews

Jean Marie Frichet est un homme (presque) comblé

Publié le 15/03/2018 dans la catégorie Interviews

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

Des vidéos de formation pour la FEPEM
3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale

Toute l'actualité de JD²