En route, de Rio à Tokyo

Orianne Jarrin une handisportive engagée

Publié le 01/07/2017 dans la catégorie Interviews

Dans notre série de portrait de jeunes handisportifs(ves) nous sommes allés à la rencontre d'Orianne Jarrin exprimant ses talents sur les terrains de para-badminton et de basket fauteuil à Nevers.

Symbole d'une génération intégrant les sections handi de clubs valides (Les Volants de Nevers pour le Bad. et l'Entente Baket Fourchambault Nevers pour le basket), Orianne s'est engagée un an dans un service civique au Comité de la Nièvre Handisport où elle a géré la communication avec succès. Juste une pause dans ses études avant un départ (provisoire) pour Roanne.
Plein feu sur une pratiquante amateur qui pourrait ne pas le rester très longtemps…

ERPT : A 21 ans, tu es une boulimique de sport avec le badminton, le basket et un engagement pour le handisport, pourquoi tout ça ?
Orianne Jarrin : Tout d'abord, je suis un grande passionnée de sport depuis toujours. J'ai été frustré longtemps de ne pas pouvoir pratiquer. A l'école, au collège et au lycée, je ne faisais pas de sport faute de structure pouvant m'accueillir. Alors maintenant, même si les médecins ne le voulaient pas, je rattrape le temps perdu.

ERPT : Qu'est ce que la pratique t'apporte dans la vie de tous les jours ?
Orianne Jarrin : Le plus important peut-être est d'être avec du monde. Le sport est un lien social primordial, à ne surtout pas négliger. De plus, cela permet d'échanger sur notre vie de tous les jours avec des gens qui ont plus d'expérience et qui nous donne des pistes pour améliorer notre confort, notre quotidien.

ERPT : Tu vas poursuivre tes études, pour quel but ?
Orianne Jarrin : Je suis en sciences de l'éducation, afin de devenir professeur des écoles pour des enfants en situation de handicap. J'adore le contact avec les enfants, c'est une vocation je pense.

ERPT : A 21 ans, tu t'entraînes régulièrement en Para-Badminton, te rêves-tu un destin international ?
Orianne Jarrin : Bien sûr, mais ce n'est qu'un rêve pour l'instant. J'aimerai percer surtout pour pouvoir parler de ma maladie, l'algoneurodystrophie (NDLR : Maladie orpheline qui provoque pour faire un raccourci des douleurs « fantômes » sur un membre. Les douleurs intenses poussent certains malades à se faire amputer le membre atteint). Ensuite je m'entraîne dans le but d'un jour faire des compétitions. Je suis quand même une compétitrice !

Nous remercions Orianne pour sa disponibilité et lui souhaitons bonne continuation que ce soit pour la fin ses études ou pour sa « carrière » de badiste.

 

Fabien d'ERPT

Crédit Photo : Fabien Ferré

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Résumé de ce Mardi

Publié le 14/09/2016 dans la catégorie Résultats et analyses

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

Des vidéos de formation pour la FEPEM
3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale

Toute l'actualité de JD²