En route, de Rio à Tokyo

Valentin Bertrand ne se fixe aucune limite

Publié le 10/07/2017 dans la catégorie Interviews

Pour sa première expérience aux Jeux Paralympiques, le jeune Lyonnais (22 ans le 28 Juillet) avait pris place dans les finales du 400 m et du saut en longueur, ses disciplines de prédilection qu'il retrouve à Londres.
En pleine progression ces dernières saison, il ne se rend pas à Londres pour acheter du terrain mais vraiment pour performer.
Rencontre avec un des licenciés du Pôle Espoir de Lyon entraîné et dirigé par Jean-Baptiste Souche.

ERPT : Comment se passe ta préparation ?
Valentin Bertrand : Vraiment très bien. J'ai de bonnes sensations. L'entraînement se passe bien, en plus là où j'évolue toute l'année, alors je ne suis pas du tout dépaysé. On fait en ce moment entre 6 et 8 séances dans la semaine donc je monte petit à petit en régime. Le programme de cette année a été fait pour qu'on ait notre pic de forme pour les championnats du monde. Je suis confiant, je serais compétitif à Londres !

ERPT : Quels sont tes objectifs/ambitions pour ces championnats ?
Valentin Bernard : Dans un premier temps, je donnerai tout, ça c'est certain. C'est de toute façon le meilleur moyen pour faire des performances. Je ne fixe aucune limite ni me met aucune barrière, on verra bien.

ERPT : Tu as des concurrents dans le viseur ?
Valentin Bernard : J'avoue, qu'aujourd'hui, je ne sais pas trop où me situer. Il peut se passer tellement de choses ! Je préfère rester concentrer pour l'instant sur moi même, mon travail, on verra le reste sur place.

ERPT : Pourquoi avoir choisi le 400 m et la longueur, deux disciplines semblant bien différentes ?
Valentin Bernard : En fait pas si différentes que ça. C'est difficile à expliquer mais je pense que la longueur m'aide pour le 400 m et vice-versa et en même temps je suis content de trouver des sensations dans une épreuve que je ne retrouve pas dans l'autre. Je prends du plaisir dans les 2. De toute façon le 400 m est vrai juge de paix, c'est la discipline phare de l'athlétisme pour moi, on ne peut pas se cacher !

ERPT : Le fait d'évoluer à Lyon est-il un avantage ?
Valentin Bernard : Oui clairement. On s'entraide beaucoup entre nous. Et puis quand on arrive en compétition on est plusieurs à pouvoir se soutenir. J'ai d'excellents rapports avec Angélina Lanza (NDLR vous pourrez retrouver l'interview sur notre site d'Angélina dans les jours à venir) et Axel Zorzi, c'est vraiment bien. On se donne des conseils, on s'épaule, nous ne sommes absolument en concurrence. Et puis Jean-Baptiste Souche est un excellent coach qui nous fait progresser. Ce qui caractérise notre groupe c'est qu'on est sérieux sans se prendre au sérieux. Je sais qu'à Londres, on aura un regard bienveillant les uns sur les autres, c'est un véritable atout dans des compétitions comme celles là !

Valentin fera son entrée en lice le 21 Juillet pour le concours de Saut en Longueur. Il retrouvera la piste pour les qualifications du 400 m le 22 en début d'après-midi (13H), pour une finale le lendemain 23 Juillet en soirée (20H).


Fabien d'ERPT

Crédit Photo : Capture d'écran IPC

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Louis Radius en Bronze

Publié le 25/10/2015 dans la catégorie Résultats et analyses

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

Des vidéos de formation pour la FEPEM
3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale

Toute l'actualité de JD²