En route, de Rio à Tokyo

Le bronze pour Pierre Fairbank la finale pour Timothée Adolphe

Publié le 16/07/2017 dans la catégorie Resultats-et-analyses

Troisième jour de compétition dans ces championnats du monde de Londres et des performances toujours à la hauteur de l'événement. On en reparlera sans doute, mais ce qui saute aux yeux, c'est la jeunesse de l'immense majorité des participants. Ce renouvellement pousse les athlètes expérimentés à se surpasser ce qui explique sans doute le nombre de records battus pour cette édition.

Les français du jour :

Julien Casoli n'a pas eu de chance. Il a participé à la première série du 1500 T54, trop tactique pour prévoir une qualification au temps. Tous s'est joué à l'emballage final et il n'a manqué que 22 centièmes au haut saônien pour passer. Il termine à une anecdotique 5ème place, anecdotique car la troisième aurait eu le même effet.



Axel Zorzi est toujours en pleine progression. Faute d'avoir pu rivaliser (pour l'instant) avec les meilleurs de sa catégorie, il prend la cinquième place en 11''46, son meilleur temps personnel. Quand comme lui, on est dans un grand championnat pour apprendre, battre son meilleur chrono est signe de motivation et de grande forme donc de bonne préparation. On va reparler du lyonnais ces prochaines années et là pour les podiums !

Quelle belle médaille de bronze de Pierre Fairbank sur le 200 m T53. Bien évidemment, il semble assez loin des 2 monstres de la catégorie qui n'ont été départagé que de quelques centimètres . Brent Lakatos garde son titre de justesse devant le jeune thaïlandais qui monte qui monte Pongskorn Paeyo. C'est surtout très encourageant pour le reste de ces championnats pour le néo-calédonien, il reste bien entendu un candidat aux médailles pour les autres distances (100m, 400m, 800m). Nicolas Brignone, dans la même course, a atteint ses objectifs en se qualifiant pour la finale ! Il termine 8ème un petit peu plus loin.

Trésor Gautier Makunda (T11) (et son guide Emeric Chattey) a fait sa course en prenant la deuxième place de sa série derrière l'espagnol Descarregua en battant son meilleur chrono de la saison (52''76). Il ne se qualifie pas pour la finale et on espère simplement le revoir la saison prochaine où il pourrait croire en un podium aux championnats d'Europe. Dans la deuxième série Daniel Silva (BRA) s'est baladé pour se qualifier en finale.

Pour notre Timothée Adolphe national (Guidé par Jeffrey Lami), ça n'a pas été la même limonade. Il a du s'arracher au couloir 1 pour s'imposer ! Mais le plus important c'est qu'il l'ai fait . Le voilà en finale et pas au couloir 1 réservé à l'athlète qualifié au temps. La finale va être ponctuée d'une médaille si l'ischio tient et il tiendra ce n'est pas possible autrement.

Alexandre Dipoko -Ewane au saut en hauteur T46-47 prend la 5ème place d'un concours où il a effacé une belle barre à 1m84 à 4 centimètres de son record personnel. Il est finalement à sa place.

En finale du 800 m T38, Louis Radius n'a jamais été dans le coup d'une course qui s'est disputée sur des bases trop élevées pour ce pur coureur de 1500 m. A noter tout de même que Louis bat son meilleur temps personnel en 4'05''12.

Les autres événements :

Superbes 1/2 finales sur le 400 m T54 qui promettent une finale de très gros niveau. Les chinoises Zhou et Ma seront sans aucun doute à la bagarre pour le titre face aux américaines Tatyana McFadden et Cheri Madsen. Ca va vraiment très vite !

Isis Holt (AUS) est sans doute le symbole de la jeunesse triomphante. A 16 ans, elle remporte la finale du 200 m T35 en se payant le luxe de battre la tenante du titre paralympique chinoise Zhou. Une finale, où la plus âgée des concurrentes avait 21 ans !

Quel beau duel dans la finale du 1500 m fauteuil T52 entre Tomoki Sato (JPN) et Raymond Martin (USA). Ils se sont relayés pendant toute la course avec des petits coup d'intox. Au final le japonais s'impose à 46 ans, comme quoi il n'y a pas que des jeunes qui gagnent !

Johnny Peacock n'a pas fait que triompher sur le 100 m T44, le britannique a tenu à se payer un bain de foule interminable pour partager avec ses supporters un nouveau titre mondial. Impressionnant !

Pour clôturer cette très belle soirée londonienne, la finale du 1500 m T54 a tenu toutes ses promesses. Après un départ plutôt lent, Lakatos (CAN) a lancé les hostilités à 800 m de l'arrivée. Tous les principaux acteurs de la courses ont suivi. Après un dernier tour de folie, c'est finalement fort logiquement que Marcel Hug (SUI) s'impose au sprint devant Baldé (GER) et Gharbi (TUN).

On se retrouve très vite sur le site pour la suite des aventures de ces sportifs d'exception !


Fabien d'ERPT

Crédit Photo : Kevin Bardon

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte
bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

Des vidéos de formation pour la FEPEM
3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale

Toute l'actualité de JD²