En route, de Rio à Tokyo

Dimitri Jozwicki Paris 2024 c'est génial mais c'est encore loin

Publié le 14/09/2017 dans la catégorie News

Nous inaugurons aujourd'hui notre série « Génération Paris 2024 » avec Dimitri Jozwicki, l'athlète nancéen. Finaliste sur 100 m lors des derniers championnats du monde, Dimitri aura 27 ans à l'été 2024, quasiment l'âge idéal pour un sprinter.
Nous avons pu échanger avec lui sur ce que des Jeux Paralympiques à domicile pouvait représenter.

ERPT : Est-ce que le fait de savoir que les JP se dérouleront à Paris à 2024 va changer ton organisation de cerrière ?
Dimitri Jozwicki : Pour l'instant pas du tout ! Le gros objectif pour moi pour l'instant c'est les Jeux de Tokyo en 2020. Après la découverte des grands championnats avec Londres cet été, je sais que j'ai une grosse marge de progression et j'ai hâte de faire mieux très vite. Vous savez Paris c'est dans 7 ans, à 20 ans c'est difficile de se projeter aussi loin.

ERPT : De manière générale, comment réagis-tu à cette nomination ?
Dimitri Jozwicki : Sur le plan personnel, en tant qu'athlète c'est génial. C'est déjà un honneur de porter le maillot de l'équipe de France alors à la maison en plus… Et puis c'est sûr que tout mon entourage sera là, ma famille, mes amis. Je ne me rendais pas bien compte, mais mes proches m'ont montré des images des soirées de Londres chez moi, c'était de la folie, alors j'imagine en live…

ERPT : 2024 semble être un timing quasi parfait pour toi.
Dimitri Jozwicki : Si tout se passe bien oui ! J'aurai j'espère l'expérience des Jeux de Tokyo et de plusieurs championnats internationaux derrière moi et encore à 27 ans, la fougue de la jeunesse, ça ressemble à quelque chose de parfait. Maintenant, ça n'arrivera pas tout seul, il faut que je travaille parce que je suis vraiment impatient de progresser. Londres m'a ouvert les yeux sur mes capacités sportives, je suis quand même champion du monde sur 20 m (rires), mais aussi sur d'autres choses. Ce qui m'a rendu le plus fier c'est de voir que tous les efforts fournis à l'entraînement payent sur la piste, c'est stimulant et encourageant.

ERPT : Tu disais que Londres t'avait ouvert les yeux sur d'autres choses?
Dimitri Jozwicki : Oui j'ai le souhait de partager dans les structures, dans les écoles, les lycées, les bienfaits que le sport a eu sur ma vie. Je voudrais véhiculer ce message, peut-être que ça créera des vocations. Il ne m'arrive que des choses extraordinaires depuis que je fais les compétitions handisport. Alors pour le coup, l'organisation de Paris 2024 va être d'un grand soutien.

ERPT : Qu'est ce que le fait d'avoir ces Jeux va changer d'après toi dans le handisport français ?
Dimitri Jozwicki : Il ne faut pas se le cacher, la première des choses est qu'il va y avoir plus d'argent pour le handisport. Qui dit plus d'argent, dit sans doute plus de structures pour accueillir les handi. Qui dit structures, dit aussi détection de jeunes talents pour être forts à Paris, donc plus de concurrence pour nous et tant mieux !

Nous nous retrouverons très vite pour vous brosser les portraits d'autres sportifs que l'on devrait retrouver à Paris en 2024.

 

Fabien d'ERPT

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte
bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

Des vidéos de formation pour la FEPEM
3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale

Toute l'actualité de JD²