En route, de Rio à Tokyo

Angélina Lanza Paris 2024 sera un grand moment de partage

Publié le 16/09/2017 dans la catégorie Interviews

Angélina Lanza, médaillée de Bronze en saut en longueur aux derniers championnats du monde de Londres au bout d'un concours à sensation, revient avec nous sur ses perspectives paralympiques parisiennes. 2017/2018 : une saison charnière pour la toujours lyonnaise.

ERPT : Quels sont tes premiers sentiments suite à la nomination de Paris ?
Angélina Lanza : Une très grande joie, cela ne peut pas être autrement. Avoir les Jeux à domicile c'est plus que de concourir devant ses proches, cela va être aussi des conditions idylliques pour performer.

ERPT : C'est à dire ?
Angélina Lanza : On peut raisonnablement penser que nos infrastructures d'entraînement seront au top et en plus on connaîtra déjà les lieux. Ce sera parfait. Moi qui ait connue Rio, c'est formidable de savoir qu'on pourrait connaître la même chose à Paris.

ERPT : Comment imagines tu ces Jeux ?
Angélina Lanza : J'avoue que j'ai un peu de mal à me projeter dans 7 ans, c'est un peu loin. Pour l'instant, je suis tournée vers Tokyo en 2020. A Paris, j'aurais 31 ans mais si ma situation personnelle, sportive et professionnel me le permette j'y serais, en plus en pleine force de l'âge (rires). Plus sérieusement, je souhaite que Paris 2024 soit un moment de partage avec les autres sportifs mais aussi avec le public.

ERPT : Vous a-t-on demander de vous impliquer dans cette organisation ?
Angélina Lanza : Non pas encore, mais je pense qu'on va nous demander de participer à la communication autour des JP, ne serait-ce que pour inciter les gens à venir remplir les stades et les salles.

ERPT : Pour changer un tout petit peu de sujet, tu as décidé de rester à Lyon et de na pas suivre le pôle France handisport à Talence. Comment cela se passe t'il ?
Angélina Lanza : J'ai repris l'entraînement que depuis 1 semaine, alors pour l'instant j'observe. Ce qui me fais bizarre c'est que je passe de la plus vieille d'un groupe à quasiment la plus jeune. Mais je m'adapte. J'ai choisi alors maintenant j'assume. Changer d'entraînements me permet aussi de voir, de sentir d'autres choses, même si là il faut que je dise à mes entraîneurs que du fait de mon handicap, je ne peux pas tout faire comme les autres.

Nous retrouverons Angélina à la mi-octobre sur le site pour faire un point sur ses objectifs de la saison.

 

Fabien d'ERPT

Crédit Photo : Kevin Bardon

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte
bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²