En route, de Rio à Tokyo

Lucas Mazur Paris 2024 va marquer ma carrière

Publié le 18/09/2017 dans la catégorie Interviews

Notre n°1 mondial de parabadminton, malgré sa déjà grande expérience du haut niveau, colle parfaitement à la génération Paris 2024. A 27 ans, il tentera d'assouvir le rêve d'un titre paralympique « à la maison ». Si la nomination de Paris pour accueillir la fête paralympique le comble, Lucas a accepté de sortir du cadre purement sportif pour nous répondre sans langue de bois.

ERPT : Commente as-tu accueilli la nouvelle de la nomination de Paris 2024 ?
Lucas Mazur : Avec beaucoup de fierté pour tous ceux qui ont porté la candidature. Ca a été aussi un soulagement, cela faisait tellement de temps qu'on attendait ça, même si le suspens n'était pas trop au rendez-vous.

ERPT : Comment vois-tu ces Jeux à titre personnel ?
Lucas Mazur : Je vais jouer, enfin j'espère, devant ma famille, mes amis, le public français dans une salle comble, ça doit être indescriptible comme moment. Même si j'ai énormément de route à faire d'ici là, il est clair que ces Jeux vont marquer ma carrière positivement ou négativement. Je n'oublie pas non plus que la pression risque d'être super forte.

ERPT : Es-tu prêt à porter la bonne parole de Paris 2024 ?
Lucas Mazur : Pour l'instant on ne m'a rien demandé. Mais si on me demande un coup de main pour porter le message à l'international par exemple, je suis intéressé. De toute façon, je suis ouvert à tout pour faire progresser les mentalités par rapport au handicap.

ERPT : Quels sont les retombées que tu attends de l'organisation de ces Jeux ?
Lucas Mazur : Tout d'abord, j'espère qu'on va connaître une évolution sans précédent sur l'accessibilité dans les transports, les stades… Quand je vais à Paris, je suis fou de voir dans le métro tous ces escaliers infranchissables en fauteuil. On est dans la plus belle ville du monde et une partie de la population ne peut pas se déplacer normalement, c'est complètement fou.
Au niveau handisportif, je pense qu'il va y avoir un petit peu plus d'argent que d'habitude. On devra s'en servir pour faire de la détection/formation de potentiels, pour l'instant on a l'impression qu'on va les trouver que chez les valides.

Comme nous sommes des spécialistes, nous vous annonçons déjà à minima un podium pour le berruyer dans 7 ans. Vous l'aurez lu ici en premier...


Fabien d'ERPT

Crédit Photo : Lucas Mazur

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte
bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

Des vidéos de formation pour la FEPEM
3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale

Toute l'actualité de JD²