En route, de Rio à Tokyo

Elias Semaan rêve d'une première médaille Libanaise internationale

Publié le 05/11/2017 dans la catégorie Interviews

On ne va pas le cacher, chacune de nos rencontre avec Elias Semaan est pour nous une véritable joie, le moment qu'on attend. Ce tireur libanais du Cercle d'Escrime de Vincennes possède ce je ne sais quoi qui nous pousse à s'intéresser à lui.


Il se présentera à Rome à l'épée et au fleuret dans les épreuves individuelles, son projet de développement de l'escrime fauteuil dans son pays d'origine se heurtant à quelques contraintes financières. Retour sur les meilleurs moments d'un entretien qui aurait pu noircir plusieurs bonnes feuilles !

ERPT : Rentrons dans le vif du sujet. Quelles sont tes ambitions pour ces championnats du monde ?
Elias Semaan : A l'épée, comme tous les compétiteurs, je cherche le podium, même si l'objectif ultime serait le titre ! Au fleuret, ce n'est pas mon arme, ce ne sera que du bonus. C'est l'arme d'apprentissage alors je continue à en faire.
Tout dépendra de moi, je reste sur 2 quarts de finale en coupe du monde avec tous les meilleurs mondiaux, et à chaque fois c'est moi qui passe à côté, je sais que j'ai les moyens de faire mieux.

ERPT : Quels seront très principaux adversaires ?
Elias Semaan : Comme dans toutes les catégories, les Chinois font figure de favoris. Les Russes seront très forts aussi tout comme l'Italie, et l'Ukraine. Après, les classements bougent beaucoup donc on verra sur place.

ERPT : Participes-tu aux stages de l'Equipe de France pour t'aguérir un peu plus ?
Elias Semaan : Non et pour plusieurs raisons. Déjà on ne me l'a jamais proposé (rires), et puis il n'y a pas de tireur international de catégorie C (catégorie avec les handicaps les plus invalidant) en France, je n'aurais donc pas d'opposition. Enfin, j'aime bien faire les choses à mon rythme, je me connais bien, je sais comment faire maintenant.  

ERPT : Qu'est ce qu'une médaille à ces championnats changerait ?
Elias Semaan : En ce qui concerne l'escrime fauteuil et plus largement le handisport au Liban, je pense beaucoup de choses. Il y aurait une vraie prise de conscience ! La fédération Libanaise d'Escrime joue le jeu maintenant en relayant chacun de mes matchs sur les réseaux sociaux quasiment en live, je suis sûr qu'on peut aller plus loin, mais ça passera sans doute par des gros résultats pour lancer la machine.

ERPT : Nous savons que ton ambition est de monter une équipe d'escrime fauteuil handisport au Liban, cela passera par quelles étapes ?
Elias Semaan : Tout d'abord pour les équipements des tireurs, j'estime que la mise de départ est d'environ 20 000 €. Ensuite, j'imagine que des maîtres d'armes devront faire le tour des centres de rééducation pour faire découvrir la pratique, ensuite les clubs pourront prendre le relais. Tout ça passe par la formation de maîtres d'armes spécialisés en escrime fauteuil, il est primordial que la démarche d'aller vers les personnes en situation de handicap vienne d'eux.

ERPT : Sans faire de métaphore, ton combat n'est pas terminé ?
Elias Semaan : Non c'est certain. Tout est possible ! Quand je vois l'homme que je suis actuellement, je sais que je dois tout à l'escrime qui m'a sauvé la vie en la personne de Maître Charrette qui a été un guide de vie pour moi.

ERPT : Faut-il s'attendre à te voir à Tokyo en 2020 ?
Elias Semaan : Non, je ne pense pas. Il n'y a pas de catégorie C aux jeux paralympiques et se qualifier en catégorie B me paraît trop difficile.

Pour tous ceux qui voudrais aller plus loin dans la découverte de Elias Semaan, vous pouvez déguster son livre bouleversant de positivisme « De Beyrouth à Paris, l'autonomie au bout de l'épée » aux éditions « Un livre pour mémoires », disponible ici. Quant à nous, nous nous contenterons de relater ses futurs exploits dans ces colonnes, en espérant voir flotter le drapeau au cèdre sur le podium !


Fabien d'ERPT

Crédit Photo : Kevin Bardon

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Le Cri Du Guepard

Publié le 28/10/2016 dans la catégorie Résultats et analyses

Cyril Moré un consultant heureux et impatient

Publié le 02/09/2016 dans la catégorie News

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

Des vidéos de formation pour la FEPEM
3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale

Toute l'actualité de JD²