En route, de Rio à Tokyo

Lucas Mazur s'avance en conquérant à Ulsan

Publié le 15/11/2017 dans la catégorie Decouvertes

Lucas Mazur est le chef de fil de notre équipe de France de parabadminton qui s'avance aux championnats du monde à Ulsan (Kor). Auteur d'une belle saison, le n°1 mondial s'annonce comme l'homme à battre dans sa catégorie.


Retour sur entretien sans langue de bois

ERPT : Avant de parler de ces championnats, peux tu nous dire ce qu'il s'est passé aux Etats-Unis pour ce dernier tournoi avant les monde ?
Lucas Mazur : Pour être franc, je ne m'attendais pas à contre-performer à ce moment de la saison, pas le meilleur pour la confiance. Pour la première fois, je n'étais pas sur les courts le dimanche (jour des finales) et j'ai du me contenter d'encourager mes amis, c'est pour moi tout sauf anecdotique. On a analysé très vite que c'était la somme de tout un tas de détails insignifiants pris un par un qui m'a amené à ça. Même si c'est maintenant derrière moi, je garde ça dans un coin de ma tête pour ne pas renouveler ces erreurs.

ERPT : Sinon, le reste de la préparation s'est bien passée ?
Lucas Mazur : Oui sans aucun problème, je suis bien prêt mentalement et physiquement. Je commence juste à trouver le temps un peu long, j'ai faim et envie d'en découdre vite.

ERPT : Nous sommes à quelques jours du départ (5 exactement à l'heure de l'interview), que te reste t'il à faire ?
Lucas Mazur : Je continue les grosses séances pour bien garder la forme, et puis je dois finir aussi ma semaine de cours donc à moi de gérer tout ça. Je rentre chez moi jeudi soir, le temps de faire la valise et départ pour Ulsan vendredi matin.
Après il faudra gérer le décalage horaire, mais celui là vers l'est on commence à y être habitués et c'est celui que je gère le mieux.

ERPT : Quelles sont tes ambitions sur ces championnats ?
Lucas Mazur : En simple c'est le titre, clairement et en double avec Faustine Noël une médaille, peu importe le métal.

ERPT :
As-tu une priorité, sans que cela ne soit péjoratif vis à vis de l'autre épreuve ?
Lucas Mazur : La priorité est le simple. C'est l'épreuve qui me procure le plus d'émotion. J'en fait depuis l'âge de 5 ans, et c'est en siple que j'ai remporté mes premiers tournois. Et puis, il ne faut pas se le cacher, je domine le simple, tout ne dépend que de moi. Le double c'est autre chose, j'aime beaucoup aussi, mais je ne l'aborde pas de la même façon.

ERPT : As-tu identifié tes adversaires principaux ?
Lucas Mazur : Oui bien sûr, je vais me méfier des indiens (Tarun Tarun et Sukant Kadam) et de l'indonésien (Freddy Setiawan). On sera aussi attentif aux chinois qui envoient 15-20 joueurs tous étant potentiellement médaillable.

ERPT :
Et toi comment abordes tu cet événement ?
Lucas Mazur : Je suis relâché et confiant, je sais ce que j'ai à faire. J'ai hâte de jouer et de tout faire pour ramener l'or pour moi et pour mon pays !

Bien entendu, nous suivrons au plus près les exploits de Lucas et du reste de l'équipe de France et nous en rendrons compte dans ces colonnes.

 

Fabien d'ERPT

Crédit Photo : Kevin Bardon

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Tous Handisport ce soir! Une interview qui promet

Publié le 07/06/2015 dans la catégorie Radio-Zenith

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cours jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique
Be Polar, toute l'actu du polar
Tweet Wall, développez l'interactivité avec votre public
Book-trailers et bandes-annonces animées
JD Admin : un système de gestion de contenu simplifié

Toute l'actualité de JD²