En route, de Rio à Tokyo

Faustine Noël veut son podium en simple

Publié le 16/11/2017 dans la catégorie Interviews

A quelques jours du départ pour Ulsan (Kor) et ses championnats du monde de parabadminton, Faustine Nöel a accepté de répondre à nos questions avec le sourire comme d'habitude.

La bretonne aborde cette échéance avec détermination et envie de bien faire dans un contexte international de plus en plus relevé. Faustine sort une botte secrète (qui ne l'est plus maintenant qu'on vous en parle) pour ces championnats, comptant bien franchir un palier supplémentaire à cette occasion.

ERPT : A quelques jours du tournoi, comment se termine ta préparation ?
Faustine Noël : Franchement tout va bien, je ne suis embêtée par aucune blessure, je suis en pleine forme. Même si je suis exigeante et que je trouve que je n'en fait jamais assez, je pense qu'on a tout de même fait tout ce qu'il fallait pour être bien à Ulsan, à moi de mettre tout ça en pratique en compétition.

ERPT : Surtout avec la reprise des cours…
Faustine Noël : Oui c'est sûr qu'il faut trouver le bon équilibre, et puis les années de Master sont particulièrement difficiles. Je remercie d'ailleurs la faculté de Rennes 1 de me laisser passer mon master 1 de modélisation écologique en 2 ans, histoire de me garantir suffisamment de temps pour l'entraînement et les compétitions.

ERPT : Quelles sont tes ambitions sur ces championnats du monde ?
Faustine Noël : Faire une médaille sur le simple, et l'or en double mixte avec Lucas (NDLR : Mazur). Pour le simple, cela risque d'être très difficile, tout dépendra du tirage au sort en fait. Il y a deux filles très au dessus, autant ne pas tomber sur elles trop tôt.

ERPT : Qui sont ces filles que tu redoute ?
Faustine Noël : La chinoise Hefang Cheng et l'indonésienne Leani Ratri Oktila. Mais attention, je ne me présenterai pas en victime devant elles. Je peux les embêter et aller les chercher, il faudra être déterminé et rien lâcher.

ERPT : Et pour le double ?
Faustine Noël : C'est un petit peu plus compliqué parce qu'il y a beaucoup de nouvelles paires qui se sont formées, on ne sait pas à quel niveau elles se situent. On connaît généralement un joueur sur les deux, mais c'est compliqué à appréhender.

ERPT : Quel est le petit plus que tu possèdes cette année ?
Faustine Noël : J'ai commencé à travailler avec un préparateur mental et ça marche plutôt bien. Il m'aide beaucoup pour que je puisse mettre en place sur les matchs les choses que je travaille à l'entraînement. C'est un vrai plus pour moi. Cela a déjà fait ses preuves sur quelques tournois valides.
Et puis, je ne fais pas le double dames. Le badminton est un sport qui demande beaucoup de concentration, c'est plus facile de se concentrer sur 2 tableaux que sur 3, c'est évident.

Nous souhaitons bien évidemment le meilleur à Faustine pour ces championnats. Vous pourrez suivre son avancée dans les tableaux sur les réseaux sociaux et ici même.


Fabien d'ERPT

Crédit Photo : Kevin Bardon

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

A la découverte du Football Fauteuil

Publié le 06/12/2014 dans la catégorie Découvertes

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²