En route, de Rio à Tokyo

PyeongChang J-36 Pleins feux sur le Para Biathlon

Publié le 31/01/2018 dans la catégorie News

Si la Marseillaise pourrait devenir le tube de l'hiver sur les pistes de ski nordique de l'Alpensia pour les biathlons, ce ne sera sans doute pas du seul fait de Martin Fourcade. Benjamin Daviet devrait lui aussi apporter son écot, tout comme Anthony Chalençon et son guide Simon Valverde. Avant de rentrer dans la valse des pronostics, voici une petite mise en bouche de ce qui nous attend en Corée du Sud.



3 disciplines au programme :

- Le sprint, disputé sur 7,5 Km avec 2 tirs au programme. 5 cibles sont à toucher à chaque passage au tir, un anneau de pénalité de 150 m est ajouté au parcours pour chaque faute. Comme toutes les autres épreuves, il s'agit d'un contre la montre.

- Le « middle » disputé sur 12,5 Km avec 4 tirs à effectuer. Même caractéristiques en terme de cibles et de pénalités que pour le sprint.

- L'Individuelle disputée sur 15 Km avec 4 tirs à faire. Et là, attention aux difficultés quand on manque la cible : 1 minute de pénalité à chaque cible « non-blanchie ».

A la différence des valides, les cibles sont situées à 10 m et font environ 12 mm de diamètre.



Dans chaque disciplines, 3 catégories : les debout, les assis, les non voyants. Selon le degré de handicap, chaque biathlète voit son chronomètre tourner plus ou moins vite comme au ski alpin par exemple.

18 podiums décernant 54 médailles à PyeongChang.

Les non-voyants tirent grâce à une carabine « laser » équipée d'un capteur acoustique émettant un signal plus ou moins aiguë selon la proximité de la cible. Leurs guides, sur la piste, sont équipés d'un haut parleur dans le dos pour donner leurs consignes.

Chez les assis, la seule propulsion possible est évidemment faite par les bras. Ils utilisent, pour plus d'efficacité, des bâtons courts adaptés à leur pratique.
 
La discipline est très spectaculaire de par sa dramaturgie, des tirs pouvant à chaque fois tout remettre en question.

Les derniers échos reçus en ce qui concerne la piste est qu'elle est excellente dans sa diversité, chacun pouvant trouver son bonheur selon ses forces principales. Seule inquiétude, l'état de la neige, forcément artificielle et très salé pour qu'elle tienne mais la rendant très dure, certains n'en sont pas fans.

Nous ferons le point dans quelques jours sur l'état des troupes à propos de cette épreuve sur laquelle nous espérons entre 3 et 5 médailles dont 1 ou 2 titres.

Allez les bleus !

 

Fabien d'ERPT

Crédit Photo : Kevin Bardon

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Rétro 2016 Canoë Kayak

Publié le 29/12/2016 dans la catégorie Résultats et analyses

Resumé de la deuxième journée

Publié le 10/09/2016 dans la catégorie Résultats et analyses

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²