En route, de Rio à Tokyo

PyeongChang J-35 Gros plan sur Brian McKeever

Publié le 01/02/2018 dans la catégorie News

Il existe dans toutes les disciplines des sportifs marquant l'histoire du sport. Bien entendu, le handisport n'échappe pas à la règle.
Brian McKeever est de ceux-là. La légende du canadien, un des principaux concurrents de notre Thomas Clarion national, tient à plusieurs aspects.



Le palmarès
En 4 jeux paralympiques (Vancouver, Turin, Salt Lake City, et Sotchi), il a pris 12 fois le départ d'une épreuve paralympique de fond pour l'emporter 10 fois. Plus fort encore, ses deux défaites, a chaque fois sur le 20 Km, sont en fait des médailles d'agent. Pour être complet, il a même remporté une médaille de bronze sur le biathlon à Turin. Un ogre !

Un niveau exceptionnel
Il existe quelques handisportifs dont les niveaux de performances généraux leur permettent parfois de concurrencer certains valides. Mais le canadien est le seul à pouvoir prétendre à une participation aux Jeux Olympiques et Paralympiques d'hiver la même année. En effet à Salt Lake, il était sélectionné pour participer aux 50 Km des valides, malheureusement pour lui, l'entraîneur national lui préféra au dernier moment un autre fondeur.

L'anecdote qui tue
A Sotchi, se présentant bien entendu comme favori du sprint, il tombe dès le départ de la course, accident généralement rédhibitoire sur des parcours faisant aux alentours d'1 Km. Sans s'affoler mais en donnant tout ce qu'il avait, il parvient à remonter ses 3 concurrents un à un, dont le dernier au terme d'une ligne droite d'anthologie. Ca calme les esprits.

L'explication de son handicap visuel
Brian McKeever est atteint de la maladie de Stargardt. Pour résumer son niveau de visualisation, il explique : « Quand vous fixez le soleil un moment, et que vous détournez le regard, vous voyez des taches sombres pendant quelques secondes avant qu'elles ne disparaissent. Et bien chez moi, elles ne disparaissent jamais ».

Le saviez-vous ?
Débutant sa carrière avec son frère Robin comme guide, il court maintenant avec 2 guides qui se relaient pour les courses de longues distances. Bien souvent, ce sont les guides qui sont épuisés en fin de course, pas lui.

Thomas Clarion nous confiait récemment : « Il est très fort, c'est certain. Mais il n'est pas imbattable. Il court beaucoup pendant l'année, donc cela laisse une petite porte pour le battre, mais il faudra être très très fort ».

Allez les bleus !


Fabien d'ERPT

Crédit Photo : Twitter Brian McKeever

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte
bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²