En route, de Rio à Tokyo

Maxime Montaggioni sera à la lutte pour les podiums

Publié le 06/03/2018 dans la catégorie Interviews

Le snowboarder niçois n'en finit plus de surprendre sur les pistes du monde entier, enfin celle de Big White (Can) ne va pas tarder à être sa favorite. Ne quittant jamais un sourire énorme en disant long sur ses sentiments de participer à la grande aventure paralympiques, il revient avec nous sur son ascension fulgurante, sur sa forme du moment et sur ses envies de futurs. Voici un best-of de ses réactions en décembre tout d'abord à l'annonce du porte-drapeau et tout dernièrement à son retour de l'étape de coupe du monde canadienne.



ERPT : On se souvient d'une interview l'an dernier où tu nous disais qu'une participation aux Jeux Paralympiques serait énorme. Tu y es

Maxime Montaggioni : Pour être clair tout de suite avec tout le monde, c'est surtout un immense honneur, vraiment ! L'annonce en Septembre de ma qualification a été une énorme surprise, tellement énorme que j'ai du passer des coups de fil pour vérifier que l'information était exacte. J'ai vraiment eu une explosion de joie, je vais représenter la France aux Paralympiques, c'est énorme !

ERPT : Comment s'est passée ta préparation estivale ?

Maxime Montaggioni : Franchement pas au top de ce que j'imaginais. Et comme il est hors de question de me présenter au départ d'une course pour faire de la figuration, et que je ne me sentais pas prêt, j'ai préféré attendre avant de me déplacer en compétition. Mais la bonne nouvelle est que maintenant, tout va bien.


ERPT : Pour ta « seulement » deuxième saison complète sur le circuit, tu as pu côtoyer d'autres sélectionnés, olympiques, cette fois

Maxime Montaggioni : Oui en Finlande, il y avait une étape handi/valide et j'ai pu rencontrer Pierre Vauthier (récent champion olympique de snowboardcross). Bon en plus du fait que ce mec est une légende de notre sport, il a été super ouvert et nous avons beaucoup communiqué. Et puis cerise sur le gâteau, j'ai cassé ma planche juste avant un run, ni une ni deux il m'en a prêté une à lui. J'ai surfé sur une des planches de Pierre Vauthier, la classe… Plus sérieusement, cela m'a permis aussi de me diriger vers un choix de matériel peut-être un peu différent.

ERPT : Avec tes deux victoires à Big White (Can, Février), tu t'es rassuré sur ton état de forme

Maxime Montaggioni : Oui mais pas seulement. C'était aussi et surtout ma première collaboration avec le nouvel entraîneur du groupe Marcos Lorenzo. Physiquement j'étais bien, et lui, en très peu de temps a senti ce qui était bon pour moi. Et les planches allaient vraiment vite, on avait des bombes sous les pieds.
Je m'étais mis en mode « répétition générale » des jeux pour vérifier qu'on avait bien bosser. Et ça a marché avec 2 victoires malgré l'absence de Michaël Minor (USA).

ERPT : Tout le monde présente ton duel avec l'américain comme celui des médailles d'or et d'argent qu'en penses-tu ?

Maxime Montaggioni : C'est beaucoup plus compliqué que ça. Comme le dit mon entraîneur, c'est génial parce qu'on est 6 ou 7 à être en course pour les titres. Ca va nous forcer à être au meilleur de nous même. Et puis sur le cross, je gagne ma demi-finale et ma finale avec très peu d'écart. Je ne peux pas me relâcher.

ERPT : Quels sont tes objectifs sur les Jeux ?

Maxime Montaggioni : Deux médailles dont un titre, c'est aussi simple que ça.

ERPT : Et pour l'avenir ?

Maxime Montaggioni : Je voudrais vivre de mon sport, c'est un objectif. Alors le contrat récent avec l'armée me permet d'être plus détendu quand à ma rémunération. Après, il faudra trouver d'autres moyens pour un jour pouvoir faire des vidéos qui sont les sources de revenus principales de notre sport. Pour l'instant ce n'est pas d'actualité, mais si Pierre Vauthier veut bien m'inviter sur une des siennes…(Rires)

L'appel est lancé !
Il y a une chose, une seule, dont nous sommes certains concernant Maxime, c'est qu'il ne se présentera pas en haut des pistes pour faire de la figuration mais pour vivre son rêve jusqu'au bout.

Allez les bleus.


Fabien d'ERPT

Crédit Photo : Kevin Bardon / Maxime Montaggioni Facebook

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Résumé de la quatrième journée

Publié le 12/09/2016 dans la catégorie Résultats et analyses

Stéphane Houdet passe le premier tour

Publié le 03/06/2015 dans la catégorie Résultats et analyses

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

Des vidéos de formation pour la FEPEM
3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale

Toute l'actualité de JD²