En route, de Rio à Tokyo

Arthur Bauchet, déjà deux cerises sur le gâteau Paralympique

Publié le 11/03/2018 dans la catégorie Interviews

Nous avons pu interviewer un Arthur Bauchet exténué par 2 courses en 2 jours, ses 2 médailles et les sollicitations médiatiques allant avec. L'heure est venue de tirer un premier bilan de cette entame de Paralympiques.

ERPT : Deux courses, deux médailles, qu'est ce qui prédomine le plus pour toi comme sentiment ?
Arthur Bauchet : C'est surtout beaucoup d'émotions finalement. Et puis vraiment, avoir déjà deux médailles après les épreuves de vitesse c'est inespéré ! Je suis content parce que je n'ai pas cédé à la pression d'un premier départ aux Jeux, c'est aussi important pour la suite. D'un point de vue purement technique, à part la grosse faute d'avant plat sur le Super G, je peux être content du ski engagé. Mais quand même, 2 médailles c'est doublement plus que ce quoi je pouvais m'attendre.

ERPT : Comment trouves-tu le public français ?
Arthur Bauchet : On croit vraiment qu'il n'y a qu'eux. Bien sûr, pendant ma course, je ne l'entend pas mais après je ne vois que ma banderole et des drapeaux français, et des coqs aussi en guise de chapeau. En plus, le public français fait beaucoup de bruit, c'est stimulant !

ERPT : Maintenant que tu as deux fois l'argent, tu rêves d'or non ?
Arthur Bauchet : Non, je répète que mon objectif ici était de prendre un maximum de plaisir, les médailles ne seraient qu'une cerise sur le gâteau et moi j'ai déjà deux cerises alors… Si je garde ce plaisir de skier, le reste viendra avec.

ERPT : Quel est ton programme de jour de repos de demain avant le Super Combiné ?
Arthur Bauchet : Déjà dormir plus tard. Ensuite, 20 à 25 minutes de vélo. L'après-midi sera consacrée aux soins et à la kiné, j'en ai bien besoin. Je vais recharger les batteries pour être à 100 % au départ du combiné, c'est certain.



ERPT : Ton vainqueur sur les 2 courses, Théo Gmur (Sui) est aussi un bon ami à toi, tu es content de partager ces podiums avec lui ?
Arthur Bauchet : Oui, mais maintenant il faut que je lui prenne l'or (rires). C'est un garçon vraiment sympa et c'est vrai qu'on s'entend bien. Maintenant, entre la baguette de départ et la ligne d'arrivée, il n'y a pas d'ami qui compte, on veut juste être le meilleur.

 

Fabien depuis PyeongChang

Crédit Photo : Fabien Ferré

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Michael Jeremiasz est de retour!

Publié le 30/03/2015 dans la catégorie Résultats et analyses

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²