En route, de Rio à Tokyo

Frédéric François en veut plus et tout de suite

Publié le 11/03/2018 dans la catégorie Interviews

A 41 ans, Frédéric François n'avait plus de temps à perdre. Avec cette médaille, il s'enlève la pression d'un ultime rendez-vous manqué. Malgré tout, il ne compte pas en rester là et va tenter d'enfoncer le clou lors des prochains runs.



ERPT : Comment est-on quelques minutes après avoir reçu sa médaille, ça doit aider à réaliser ?
Frédéric François : En fait, je crois que je ne réalise toujours pas, et tant mieux dans un sens, parce que les jeux sont loin d'être terminés.

ERPT : La frustration de la sixième place de la descente est elle évacuée par cette médaille ?
Frédéric François : Non, non pas du tout. Je persiste à dire que j'aurai pu faire mieux que ça et prendre un premier podium. On a revu la course avec mes coachs, et effectivement, il y avait plein de choses sur lesquelles je n'étais pas prêt techniquement.

ERPT : Demain c'est journée de repos avant le combiné de Mardi, à quoi va ressembler ta journée ?
Frédéric François : Et bien comme je suis un diesel, quand je suis lancé, il ne faut pas que je m'arrête. Donc, je vais peut-être me lever un peu plus tard que d'habitude, mais je vais aller skier.

ERPT : Ce combiné entre t'il dans tes objectifs de médaille ?
Frédéric François : Bien sûr. Si c'est le super G d'aujourd'hui qui avait compté, avec cette troisième place et mon classement de n°1 mondial du slalom, j'aurais été favori, mais ce n'est pas le bon Super G. En tout cas, je ne vais rien lâcher jusqu'à la ligne d'arrivée du slalom.

ERPT : Tu as identifié tes adversaires principaux ?
Frédéric François : En ski fauteuil, le niveau est de plus en plus dense avec 15 mecs qui peuvent gagner. D'ailleurs quand j'attendais de savoir si j'allais rester sur le podium, je me disait « Tous les skieurs qui s'engagent derrière moi, ont pour la plupart le potentiel de me battre ». L'attente a été longue !!

ERPT : Quels sont tes objectifs pour la fin de cette semaine ?
Frédéric François : Bon déjà, j'ai eu ma médaille paralympique. Il était impossible pour moi de faire une carrière sans médaille paralympique. Sinon, j'aimerai avoir un titre pour faire avancer la France au tableau des médailles, et il me reste quatre courses, donc on va s'y atteler. J'aimerai aussi que Yohann fasse une médaille lui aussi pour tout le parcours qu'il a eu.

Allez les bleus

 

Fabien depuis PyeongChang

Crédit Photo : Fabien Ferré

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Les tennismen sont aux antipodes

Publié le 14/01/2015 dans la catégorie Résultats et analyses

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²