En route, de Rio à Tokyo

Cécile Hernandez plus que déçue par sa médaille de Bronze

Publié le 12/03/2018 dans la catégorie Interviews

On vous replante le décor. Lundi matin, Cécile Hernandez termine à la première place des qualifications avec deuxième run parfait. Tout se passe pour le mieux pour la pyrénéenne en passe de jouer une finale avec la possibilité d'obtenir ce après elle court depuis 4 ans : un titre paralympique. Malheureusement pour elle, au moment des phases finales, la porte de départ tombe en panne ; Entre palabre, essais et vote des entraîneurs pour la reprise de la course, il se passent 2 heures, ce qui est beaucoup trop pour cette snowboardeuse atteinte de sclérose en plaque. Sans jus, et avec les jambes mal en point, Cécile n'a pu se battre avec ses armes et s'est faite battre en 1/2 finale avant d'assurer la médaille de bronze en petite finale.

Nous l'avons retrouvé le soir même au club France, et la colère n'était pas tombée.

Crédit Photo : Gregory Picout / France Paralympique


ERPT : Y a-t-il eu un moment dans cette période d'attente où tu t'es dis que c'était terminé pour toi, que physiquement tu ne pourrais pas le faire ?
Cécile Hernandez : Non jamais. Il ne fallait pas avoir de pensée négative d'une part et de l'autre j'ai fait un gros programme de musculation pour éviter ces problèmes, j'ai vraiment repoussé les limites de mon corps. Non c'est quand je suis rentrée dans les portes que c'est devenu très compliqué.

ERPT : Que t'a t'il manqué dans cette demi-finale ?
Cécile Hernandez : Tout a été perdu au départ. On l'a fait à l'élastique que je ne voyais pas. J'ai du perdre une seconde sur le départ et après mon adversaire m'a fait voyagé au 4 coins de la piste en faisant ces grands virages. Ce n'est pas sport du tout, mais c'est son style. Je suis tombée en essayant de revenir, et comme tout allait mal, je suis tombé sans doute au seul endroit où il fallait ramer pour revenir sur la piste. De toute façon, mon corps n'en voulait plus.

ERPT : Et la finale pour le Bronze ?
Cécile Hernandez : J'ai suivi les conseils des coachs, j'ai assuré sans me retourner en contrôlant ma vitesse. L'objectif était surtout de ne pas me faire mal.



Credit Photo : Simon/Tous Handisport
 

ERPT : Est ce que les circonstances d'aujourd'hui te donnent encore plus la gnaque pour Vendredi et le Banked Slolom ?
Cécile Hernandez : Non même pas, parce que ce n'est pas contre une fille que je vais me battre mais contre le chrono et la motivation je l'ai déjà.

ERPT : D'avoir gagner les qualifications te donne t'il un petit supplèment psychologique ?
Cécile Hernandez : Oui surtout sur mon deuxième run ou j'éclate mon chrono de plus d'une seconde, devant tout le monde. On va faire ce que l'on sait faire, en espèrant que ce soit mieux qu'aujourd'hui.

 

Fabien depuis PyeongChang

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

J-365 pour les Jeux Paralympiques de Rio

Publié le 07/09/2015 dans la catégorie News

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²