En route, de Rio à Tokyo

Cécile Hernandez : Aujourd'hui je me suis fait plaisir !

Publié le 16/03/2018 dans la catégorie Interviews

Une Cécile Hernandez tout sourire sur le podium jouant avec les photographes, cela faisait plaisir à voir, suite à la « frustration » de sa médaille de bronze sur le boardercross. Elle a ensuite déboulé dans la salle de presse du club France pour répondre à la suite aux questions de TF1, de RMC/BFMTV puis aux nôtres avant de faire le show avec Anthony Chalençon. Redevenue très sérieuse mais toujours aussi souriante, elle a analysé sans langue de bois sa semaine paralympique.



ERPT : Comment as-tu abordé ce Banked Slalom aujourd'hui ?
Cécile Hernandez : En fait en plein doute, pas par rapport à ce que pouvait faire mais par rapport à la piste. On a pu faire qu'une cession d'entraînement hier à cause des conditions météo, et on a même pas pu faire l'entraînement habituel sur la piste ce matin. Du coup la neige était absolument différente, et j'ai mis 2 runs pour m'y mettre.

ERPT : Parle nous de ce troisième run
Cécile Hernandez : J'ai eu des consignes fortes juste avant le départ. Du coup j'ai pu m'éclater. J'étais « on fire », en pleine forme alors qu'avant de rentrer dans la porte de départ j'avais très mal à l'épaule. Les coachs m'ont dit de m'envoyer malgré tout, c'est ce que j'ai réussi. Entre le premier et le troisième run, je descend mon chrono de 8 secondes, c'est fou. Je me suis fait très plaisir ! Je me fais peut-être battre de 4 dixièmes mais c'est pas trop grave, j'ai fait ce que je voulais.

ERPT : Quel changement depuis le boardercross !
Cécile Hernandez : J'ai beaucoup travaillé avec Cécilia ma coach mental et cela m'a reboosté. En plus, j'ai pu monter un vélo pliable pour faire tourner les jambes sans que ce soit handicapant pour moi. Malgré tout je reste frustrée du déroulement du boardercross, surtout quand j'ai appris que le règlement stipulait en cas d'arrêt de la course, que c'était le classement des qualifications qui devaient être pris en compte pour l'attribution des médailles ! J'ai croisé les gens de chez Oméga, je ne leur ai pas dit un mot ! En plus, j'ai vu que cela avait frustré beaucoup de spectateurs, alors qu'on est un sport fun.

ERPT : Pour en revenir à aujourd'hui, es-tu surprise du peu d'écart entre ta vainqueur Brenna Huckaby et toi ?
Cécile Hernandez : Non je suis fière de moi. Ensuite Brenna est une excellente rideuse qui bénéficie de supers structure aux Etats-Unis pour s'entraîner toute l'année, ce n'est pas mon cas. Mais je le répète, cette fille est très forte.

ERPT : Comment vois-tu ton avenir sur et en dehors des pistes ?
Cécile Harnandez : Déjà je vais rentrer chez moi pour voir ma fille qui me manque énormément. Ensuite, on va faire la fête dans ma ville et dans ma station, je sais que des choses sont prévues. Je vais partir en vacances avec ma fille ça c'est certain, et puis il y a des petites choses à faire dans ma maison et je les repousse depuis 4 ans (rires). Sur la piste, je vais m'éclater à aller disputer des compétitions sur invitation où je serais la seule handi. Et puis je repars pour l'année prochaine avec en point d'orgue les championnats du monde qui vont être très intéressant.

ERPT : Dans quelle mesure ?
Cécile Hernandez : On a vu aujourd'hui qu'on était que 5 au départ, et même si le niveau a progressé nous étions 2 vraiment au dessus du lot. L'année prochaine, il y a 5 ou 6 filles qui débarquent dont une chinoise déjà très forte, programmée pour Pékin 2020. Elle est payée pour s'entraîner et ne fait que ça. C'est bien pour la promotion de notre sport qu'on soit nombreuses !

ERPT : Et toi arrives-tu à te projeter ?
Cécile Hernandez : Si on me demande si je serais à Pekin en 2020, j'ai envie de dire oui. Maintenant je sais que ma sclérose en plaques est évolutive, donc il y a ce danger là.
Avant de terminer, je voulais absolument remercier, les coachs, les préparateurs du matériel et tout l'entourage de l'Equipe de France qui font un boulot phénoménal.

Promesse a été faite de retrouver très vite Cécile pour de nouvelles aventures après un temps passé en famille, primordial pour cette maman courage ! Merci Cécile dans tous les cas pour t'être arrêter auprès de nous que ce soit dans la frustration comme dans la joie !

 

Fabien depuis PyeongChang

Crédit Photo : Fabien Ferré

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Louis Radius en Bronze

Publié le 11/09/2016 dans la catégorie Résultats et analyses

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²