En route, de Rio à Tokyo

Arthur Bauchet n'en a pas fini avec sa saison

Publié le 18/03/2018 dans la catégorie Interviews

Encore une interview d'Arthur Bauchet, allez vous nous dire. Ben woui, encore. Nous n'avons pas pu résister  à la possibilité de lui poser certaines des tonnes de questions qui nous reste en stock. Nous avions décider de prendre le temps et Arthur a accepter un entretien plus long que d'habitude malgré son état de fatigue avancé.

ERPT : C'est l'heure du bilan de tes premiers jeux paralympiques
Arthur Bauchet : Il est plus que positif pour moi et pour l'équipe de France même si malheureusement quelques uns n'ont pas pu remplir tous leurs objectifs.

ERPT : A 17 ans et à la vue de ta maladie, on est beaucoup à être étonné que tu es pu avoir cette régularité sur 10 jours
Arthur Bauchet : Bon déjà je termine complètement épuisé, je n'aurai pas pu faire une course de plus. En fait, je suis arrivé en très grande forme à PyeongChang. J'avais coupé toute activité une semaine avant le départ. J'ai même marché avec mes béquilles tout ce temps pour m'économiser un maximum.

ERPT : Tu es satisfait de ton parcours Sud-Coréen ?
Arthur Bauchet : Complètement c'est même au-delà de ça. C'est magique, je fini quatre fois en bas sur cinq course et je fais quatre médailles d'argent. Je ne pouvait rêver mieux ! Je suis venu pour me faire plaisir et m'éclater, je ne regrette rien ! Et puis vivre cette expérience des Jeux Paralympiques, c'est tellement génial, c'est le rêve je pense de tout compétiteur.

ERPT : Tu échangerais tes 4 médailles d'argent contre une seule en or ?
Arthur Bauchet : Non pas du tout. Chaque course a son histoire et elles sont belles, donc pas question.

ERPT : Qu'as tu appris pendant ces jeux ?
Arthur Bauchet : La chose la plus importante : CACHER LE FIL DU CHAUFFAGE DE CHAUSSURES (rires). J'invite d'ailleurs tous skieurs qui vous lisent à faire attention à ce détail. Et il faut que ça m'arrive aux Paralympiques...mais à Pékin ça ne m'arrivera pas c'est certain. Sinon, j'ai appris qu'il fallait prendre les courses qui venaient marche après marche et que chacune d'elles était une course d'un jour, et qu'il fallait être prêt !

ERPT : Quand on a 4 médailles d'argent aux Jeux, on a plus d'envie d'autres choses ?
Arthur Bauchet : Bien sûr que j'ai envie d'autres choses ! Je ne suis pas blasé. Il y a les championnats de France qui arrivent et un titre c'est un titre. J'y pensais déjà en attendant le départ de la descente la semaine dernière. J'en ai parlé avec Yohann Taberlet qui m'a pris pour un fou (rires).

ERPT :
Ce qui a frappé aussi tous les observateurs présents, c'est la force de ton entourage. Celà compte t'il autant qu'on le pense ?
Arthur Bauchet : C'est vraiment bien d'avoir ces 10 personnes autour de moi. Quand je suis fatigué et que je suis tout seul, c'est difficile de pas pouvoir communiquer. Ici ils me donnent une grande force pour m'aider à repartir. Quand ils sont là, c'est impossible que j'abandonne ! Mais ils ne sont pas tout seul, je sais que beaucoup de gens ont été devant la télé malgré le décalage horaire et ça aussi ça me donne de l'énergie. J'ai eu plus de 600 messages pendant les Jeux, les gens ont pris le temps de m'écrire, je vais prendre le temps de leur répondre.

ERPT : Quelle est la chose dont tu as envie d'ici la fin de saison ?
Arthur Bauchet : J'aime bien prendre ma planche de snowboard après la fin de saison. J'ai envie d'aller rider sans contrainte, cela va me faire du bien !

Nous profitons de ce dernier article pour remercier Arthur de s'être livré à notre micro dès que nous lui en faisions la demande. Un énorme merci à toute la famille Bauchet qui a eu la gentillesse de nous laisser approcher son cercle. A titre encore plus personnel, je tiens absolument à faire part à Corentin ma plus sincère sympathie de se comporter comme le grand frère que beaucoup aimerai avoir et lui souhaiter toute la réussite possible dans ses études américaines.

 

Fabien depuis PyeongChang

Crédit Photo : Fabien Ferré

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Michael Piecq, l'arbitrage avec le sourire

Publié le 24/08/2016 dans la catégorie Interviews

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²