En route, de Rio à Tokyo

n.1 du Top 5 émotions : Le Bronze de Cécile Hernandez sur le BoarderCross

Publié le 25/03/2018 dans la catégorie News

Pour ce classement également, il a fallu faire des choix peut être encore plus discutables que pour celui des médailles. En effet, une émotion est complètement ressentie différemment selon les individus qu'ils soient sur place ou devant leurs écrans de télévision.

N°1 : La médaille de Bronze de Cécile Hernandez

 



Une fois de plus, ce choix a été très discuté au sein d'ERPT. Pourquoi choisir celle ci plutôt qu'une autre plus joyeuse ? Parce que je ne veux pas vous mentir, nous avons vécu une journée pleine d'émotions ou les larmes et les sourires se sont succédés sans arrêt.

Tout d'abord, pour resituer le contexte,  en ce lundi 12 mars, nous avions décidé de suivre dans un premier temps le 20 km libre du ski de fond avant de « monter » au snowboard pour les duels de Snowboard Cross. Nous avons alors navigué entre la « déception » de la médaille d'argent d'un Benjamin Daviet malade n'ayant pu vraiment défendre ses chances à cause de problèmes respiratoires mais venu tout de même nous dire 2-3 mots dans la zone presse, et la joie de la médaille de Bronze de Thomas Clarion et Antoine Bollet ; tout en apprenant la première place de Cécile Hernandez dans les qualifications du snowboard.

Autre émotion, lorsque nous sommes arrivés sur le site de Jeongseon, lorsque nous avons découvert que les épreuves de Snowboardcross étaient au point mort, la faute à des portes de départ récalcitrantes. De très longues dizaines de minutes plus tard, ne voyant que les images de l'écran géant, on voyait les entraîneurs voter à main levé, sur quelle question ? Tout le monde l'ignorait. Nous n'auront l'explication que quelques heures plus tard.

Au départ de la demi-finale de Cécile, sans savoir ce qu'il se tramait en haut de la piste, on sentait que quelque chose d'anormal se passait. Partie avec un temps de retard sur son adversaire américaine, Cécile visitait les 4 coins de la pistes à cause des zigzag incessants de son opposante. A aucun moment on a pu penser que Cécile serait éliminée jusqu'à sa chute. Dans l'air d'arrivée, la pyrénéenne était dépitée. Sauvant le podium après une petite finale maîtrisée à la suite d'un nouveau départ derrière son adversaire, Cécile ne montrait aucune joie sur la « cérémonie des fleurs ». Sachant ce que représentait ce Cross pour elle, nous avions de la déception pour elle, mais ce n'était rien au regard de l'injustice qu'elle nous a exprimé à deux reprises ce jour là.

Tout d'abord, en grande championne qu'elle est, Cécile s'est arrêtée en zone presse pour nous faire part de sa tristesse. Une attente trop longue l'ayant énormément fatigué, des départs « à l'élastique » qu'elle ne voyait pas, bref tous les éléments était contre elle. Et une seule envie : téléphoner à sa fille pour évacuer sa frustration et sentir une voix réconfortante.
Ce sentiment de frustration est passé à celui d'une grande tristesse le soir au point presse du Club France. Vraiment, je n'avais encore jamais vu une athlète autant fatiguée nerveusement et physiquement plusieurs heures après une compétition. Malgré tout, elle est revenue s'exprimer, insistant bien sur les circonstances d'une course pas comme les autres. Les larmes avaient disparues, je pense qu'elle n'avait plus la force de les laisser s'échapper.

Donc frustration, tristesse, puis colère et joie le soir de sa médaille d'Argent du Banked Slalom. Colère parce qu'on lui avait menti. La fameuse question à laquelle les entraîneurs on du répondre par un vote à main levée était : « Relance t'on la course avec un départ à la ficelle ? ou Fait on les phases finales le jour du Banked Slalom qui serait du coup purement et simplement annulé ? ». Alors que le règlement stipule lui « qu'en cas d'arrêt définitif des courses, c'est le classement des qualifications qui est pris en compte pour l'établissement des médailles » et Cécile les avait remporté. Je pense qu'à tout jamais on a volé un titre paralympique à Cécile. La joie enfin pour son troisième Run du Banked Slalom ou selon ses dires à plusieurs reprises elle était « on fire ».

La dernière émotion qu'elle nous a fait subir, est son annonce d'essayer d'aller jusqu'à Pékin dans 4 ans pour décrocher une médaille d'or « qui lui faut absolument ».

Dans tous les cas, merci Cécile pour ta disponibilité dans les bons et moins bons moments.

 

Fabien d'ERPT

Crédit Photo : Fabien Ferré  

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

L'argent pour Souhad Ghazouani

Publié le 12/09/2016 dans la catégorie Résultats et analyses

David Smetanine bronzé à Glasgow

Publié le 15/07/2015 dans la catégorie Résultats et analyses

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale
Planète graphique

Toute l'actualité de JD²