En route, de Rio à Tokyo

Retour sur l'Euro avec Kevin Vanderborght, la fin de l'équipe Belge ?

Publié le 01/10/2019 dans la catégorie Interviews

Il y a quelques jours, à Romes, se déroulaient les championnats d'Europe de Cecifoot, le gratin de la discipline s'est donc retrouver en Italie pour en découdre. Pour vous parler de cette compétition nous avons décidé de donner la parole à Kevin Vanderborght, attaquant Belge et amoureux du cécifoot.

 

ERPT : Bonjour Kevin, et félicitation pour ton but à l'Euro. Pour débuter cette interview pourrais tu nous parler du niveau de cette édition 2019 ?

 

KVDB : Bonjour ERPT toujours un véritable plaisir de vous croisé sur les bords de terrain, je vous remercie pour vos félicitations qui font toujours plaisir à entendre mais tiens à saluer votre assiduité et votre fidélité à la mise en lumière de notre si belle discipline. A vrai dire je suis assez mitigé concernant cet Euro car pour une fois les Dieux du stade avaient été clément avec notre petite Belgique, qui n’avait jamais été gâtée lors des éditions précédentes par le tirage au sort, et qui pour une fois évita la poule de la mort. Finalement avec un peu plus de recul on peut remarquer que notre poule était tout de même relevé avec l’Espagne finaliste 2017 et championne 2019, la Turquie championne 2015, l’Italie pays organisateur et la Roumanie récente vainqueurs de l’Euro Challenge Cup.

 


 

ERPT : Tu vas penser qu'on est des vrais français nombriliste mais on aimerai commencer par te parler de notre équipe de France. Toi qui les connais bien pour les côtoyer en championnat, que penses-tu de leur retour au plus haut niveau après quelques années difficile ?

 

KVDB : Haaa c’est vrai que je suis bien placé pour en parler étant donné que j’ai le grand plaisir de les côtoyer régulièrement et de les affronter avec leur différent club respectif Je suis vraiment heureux pour qu’ils aient pu relever la tête après une Coupe du Monde plus que difficile en se hissant en finale de ce championnat d’Europe, décrochant par la même occasion leur ticket pour les Jeux Paralympiques de Tokyo. Je pense d’ailleurs que le coaching de M.Toussaint et Lecolver ainsi que les prestations de mon ami Frédéric Villeroux ne sont pas étrangers à tout cela. D’ailleurs une équipe de France Espoir a vu le jour afin de préparer au mieux l’avenir

 

ERPT : Pour ce qui est de la sélection Belge, que penser de votre parcours ? À la fois correct mais avec un petit goût d’inachevé non ?

 

KVDB : Pour ma part notre parcours peut être assimilé à la notation scolaire « satisfaisante mais peu mieux faire ». Je veux dire par la qu’une qualification pour les demi-finales était largement accessible et que nous sommes passés contre la Turquie mais surtout contre l’Italie à un fifrelin d’un résultat de classement historique pour le cecifoot belge. Fort heureusement la victoire face à la Roumanie nous permet de décrocher une 4e qualification consécutive pour le championnat d’Europe 2021 et de nous consolider parmi les 8 meilleurs nations européennes ce qui n’est pas a négligé. Ne boudons pas notre plaisir de satisfaction d’une telle performance surtout lorsque l’on sait que sans une mobilisation générale notre équipe nationale était vouée à disparaître et notre participation à cet Euro plus que compromise faute de moyens financier ce qui engendra une préparation laborieuse pour prétendre rivaliser avec les grandes nations.

 

ERPT : Toi qui a affronter cette équipe, quelle impression t'a faite l'Espagne lors de cet Euro ?

 

KVDB : L’Espagne est l’équipe qui m’a donné la meilleure impression durant le tournoi. Pour avoir joué contre eux j’ai trouvé cette équipes assez complète, sereine, maîtrisant son sujet de bout en bout, alliant jeunesse et expérience tout en gérant intelligemment les efforts fournis tout au long de la compétition.

 

ERPT : Sur un plan individuel comment s'est passé ton Euro ?

 

KVDB : Contrairement aux éditions précédentes et à ce que l’on pourrait croire cet Euro fut pour moi, tant sur le plan psychologique que sportif, difficile à vivre car je ne m’attendais vraiment pas à me retrouver dans ce rôle ingrat de substitution, de joker ou de pompiers de service comme j’ai pu l'être face à la Roumanie. Je suis assez déçu de ne pas avoir eu un peu plus de temps de jeu et d'avoir pu commencer certains matchs afin de prouvé et démontrer toutes mes qualités qui auraient été, je pense, bénéfique à l’équipe.C'est dans ces conditions là que je suis le plus redoutable. Ceci m’a tellement attristé que je vais prendre un peu de recul avec tout cela pour réfléchir très sérieusement quant à mon avenir au sein de l’équipe nationale, peut-être serait-ce le temps de penser ce Der le flambeau, cela dépendra je pense de la suite donner au projet futur de l’équipe nationale.

 

ERPT : Revenons un peu sur la sélection Belge, il y a quelques années on vous voyait progresser rapidement et gravir les échelons du cécifoot Européen mais depuis quelque temps vous semblez patiner, c'est une mauvaise vision de notre part (sans mauvais jeu de mots) où tu partage notre avis ?

 

KVDB : Effectivement le cecifoot belge avait pris un départ fulgurant avec des résultats en cascades, surprenants et inespérés, qui laissait entrevoir un avenir radieux pour le cecifoot dans notre pays. Malheureusement ce fut l’arbre qui cacha la forêt. il faut arrêter de se voiler la face, le fait de ne pas avoir un championnat de Belgique suite à une très grande rivalité entre Charleroi et Anderlecht n’aide vraiment pas à faire évolué les choses et se sont répercutés au niveau de l’équipe nationale. J’ai toujours trouvé cela malheureux. Je n'ai pas l’habitude de pratiquer la langue de bois alors je vais le dire, le fait d’apprendre la fin de la collaboration et du soutien financier de la Ligue Handisport Francophone a été pour nous une catastrophe et personnellement j’ai été abasourdie et anéanti par cette terrible décision difficile à digérer. De plus le cecifoot n’a malheureusement pas le même succès chez nos amis flamands et n’arrivent donc pas à trouver sa place au Nord du pays malgré plusieurs tentatives. Je pense dès lors que pour ces différentes raisons, le cecifoot belge est en grande difficulté ce qui du coup ne permet plus de se développer et donc de stagner voir même régresser.

 

ERPT : A l'heure actuelle, qu'est-ce qu'il vous manque pour allez plus haut dans la hiérarchie et battre les grandes nations du Cécifoot ?

 

KVDB : C’est une excellente question que vous me poser là, car en toute objectivité si je me réfère aux différentes grandes nations contre lesquelles nous avons pu nous mesurer, je dirais, malheureusement, que se creuse de plus en plus un fossé entre tous ces pays qui se donnent les moyens nécessaires en se professionnalisant pour tenter d’atteindre leurs objectifs qu’ils se sont fixés. Et nous qui sommes de simples petits amateurs qui se sont battus avec cœur, force et courage comme de vrais diables. Ils faut malheureusement reconnaître que cela ne suffit plus pour prétendre à d’autres ambitions. Rien que faire la comparaison de staff peut déjà permettre de mieux comprendre mon analyse, notre kinésithérapeute Mathieu Coppe devait, comme les autres membres du staff d’ailleurs, être multifonctions pour pallier l’absence de personne supplémentaire permettant ainsi de boucler notre budget et valider notre participation à ce championnat d’Europe. Dès lors malgré toutes les bonnes volontés du monde il me semble utopique, même si cela me fait horriblement mal de l’avouer étant un compétiteur et gagneur dans l’âme, de se fixer de tels objectifs irréalistes dans de telles conditions. Peut-être devrions-nous nous satisfaire de notre 4e qualification consécutive parmi les 8 meilleurs nations européennes qui vu le contexte peut-être considéré comme une sacrée performance en soi.

 

ERPT : Sans vouloir vous pousser à la retraite, toi et quelques uns de tes coéquipiers êtes en sélections depuis quelques années mais y a t-il une relève qui arrive pour vous bousculer ?

 

KVDB : A vrai dire ce sujet est très délicat. J’ai du mal à m’exprimer là-dessus, étant un fan inconditionnel de football, véritable passionné et amoureux de mon sport, et de mon pays j’ai très mal vécu l’annonce de l’arrêt de l’équipe nationale. C'est pour cette raison que j'ai été ainsi ému de marquer le but victorieux face à la Roumanie, un but d’une importance capitale à mes yeux, ayant conscience que ceci pourrait apporté un sursaut d’orgueil et un sursis de 2 ans à mon équipe nationale. Maintenant il est évident que si sportivement le travail est accompli il ne faut malheureusement pas crier victoire trop vite, car forcément beaucoup d’autres paramètres entrent en jeu tant sur le plan financier qu’administratif et organisationnel. De plus les joueurs actuels auront 2 ans de plus ce qui est également à prendre en compte étant donné notre équipe vieillissante et très restreinte quantitativement. Cela me fait affreusement peur lorsque l’on sait que malheureusement ou heureusement pour eux nos jeunes actuels ne sont pas des joueurs classifiés B1 et je me fais vraiment du mauvais sang pour l’avenir du Cecifoot en Belgique. J’espère me tromper mais je ne vois pas vraiment cela d’un bon œil ( sans mauvais jeux de mots ) et cela m’attriste énormément.

 

ERPT : Cette année et plus particulièrement pour cet Euro vous aviez un coach et un staff étranger puisque c'est Samir Gassama qui était à la tête de la sélection, qu'est-ce que ça vous a apporté de plus ?

 

KVDB : Faisant partie des pionniers j’ai eu la chance d’avoir été sous les ordres de différents coachs qui m’ont permis d’apprendre énormément de choses ce qui m’a permis d’évoluer et de progresser via l’intermédiaire de leurs précieux conseils. Je les en remercie d’ailleurs car sans eux on en serait pas là je pense. En ce qui concerne le duo Samir Gassama et Raffael Dafonseca je pense en toute honnêteté et sans flagornerie qu’ils étaient sans aucun doute les hommes de la situation. ils avaient le profil idéal et le cran nécessaire pour relever un tel challenge, Samir est un ancien joueur gardien et coach de l’équipe de France de cécifoot et du Mali, ancien coach du Sporting Paris et actuellement du tout nouveau venu le Fc Bondy. Il a excellé partout où il est passé avec un CV parlant en sa faveur, même chose pour Raff qui en plus d’être un excellent guide à la qualité d’être fin psychologue, toujours à l’écoute et de très bon conseil. D’un calme olympiens, ce qui est rare de nos jours, il est important pour un guide de ne pas transmettre sa nervosité à ses joueurs. Je trouve qu’ils forment un duo assez complémentaire. Ils ont su, malgré les conditions de départ avec des moyens très réduits et un temps de travail plus que restreint, tirer le meilleur de l’équipe en y apportant une nouvelle philosophie de jeu et de mode d’entraînement en apportant ainsi un nouveau souffle à cette équipes en grande difficulté. Je pense qu’ils méritent que l’on leur tirent un grand coup de chapeau pour leur travail car ils font parti des rares personnes à croire encore en nous et nos capacités.

 

ERPT : Et l'avenir pour la Belgique c'est quoi ?

 

KVDB : Difficile de répondre actuellement à cette question étant donné l’incertitude et l’épée de Damoclès qui plane désormais sur l’équipe nationale. J’espère juste, qu’avec ou sans moi, une équipe nationale belge sera aligné au prochain championnat d’Europe en 2021 afin de défendre fièrement les couleurs de notre pays et la qualification acquise sur le terrain. Pour ma part j’espère juste que certaines personnes prendront enfin conscience qu’il est grand temps de prendre le taureau par les cornes afin de prendre les mesures nécessaires pour le bien et bon déroulement du développement du Cécifoot dans notre pays avant qu’il ne soit trop tard !

 

ERPT : On fini sur une note positive ?

 

KVDB : Pour terminer sur une note positive je voudrais chaleureusement remercier toutes les personnes qui nous ont, de près ou de loin, permis de vivre jusqu’à aujourd’hui toutes ces belles aventures et rencontres hors du commun qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire. Je tiens à remercier tous mes fidèles supporters qui ont toujours répondu présent même dans les moments les plus difficiles, cela fait vraiment chaud au cœur de se sentir aussi soutenu ce qui vous donne la force nécessaire de ne rien lâcher. J’ai vraiment été très surpris et étonné de cet élan et engouement que cela a pu générer tant sur les réseaux sociaux que sur les lives streamings et vous en remercie du font du cœur. Finalement n’oublions jamais que le cecifoot reste une discipline permettant aux malvoyants et aveugles de pratiquer le sport qu’ils aiment tant malgré leur handicap visuel..

 

Kevin d'ERPT

Crédit Photo : Kevin Bardon

Article précédent Article suivant

bordure verte

Et vous, qu'en pensez-vous ?

bordure verte

A lire aussi

Le para Triathlon tricolore au plus haut

Publié le 16/06/2017 dans la catégorie Résultats et analyses

bordure verte

A propos

@ERPTokyo :

bordure verte

Pendant ce temps :

Des vidéos de formation pour la FEPEM
3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin
Islanova, exemple d'une communication digitale

Toute l'actualité de JD²